Accueil > Actualité > France et liberté de la presse

France et liberté de la presse

Rapport « Goodbye to Freedom »

, par Régis Verley

Le rapport sur la liberté de la Presse en Europe « Goodbye to Freedom » vient d’être publié par l’Association des Journalistes Européens. Le Taurillon a décidé de publier le résultat de cet énorme travail.Aujourd’hui, voici la situation en France.

Auteurs

  • Président de l’Association des Journalistes Européens - France

Le secteur économique de la presse en France a continué à connaître des difficultés et la faiblesse économique des entreprises de presse en fait des proies faciles pour les groupes industriels et financiers désireux de s’investir dans le secteur des médias.

Le Monde, dont la situation financière est devenue fragile apparaît aux yeux de certains comme une cible pour des prédateurs. Et le journal a connu en 2007 de nouveaux bouleversements dans son management, dont l’une des conséquences a été un relatif affaiblissement du pouvoir de contrôle des journalistes au sein de la gestion de l’entreprise. Pour éviter d’avoir à engager une procédure de liquidation le “comité de surveillance” a proposé une recapitalisation dont les effets pourraient se traduire par un renforcement du pouvoir des actionnaires au détriment de celui des journalistes représentés au sein des instances de direction.

Sous la pression des journalistes, un accord a pu être obtenu autour de la démission d’Alain Minc, président du comité de surveillance. M. Minc est connu pour être le conseiller de nombreux responsables économiques parmi lesquels Arnaud Lagardére déjà propriétaire d’un important groupe de presse et dont les journalistes redoutent qu’il ne veuille acquérir une position majoritaire au sein du Monde.

...les salariés de la télévision nationale redoutent des suppressions d’emploi...

Par ailleurs les salariés de la télévision nationale redoutent des suppressions d’emploi après l’annonce surprise du président Sarkozy. de l’arrêt de la publicité sur les chaînes publiques de télévision et de radio, ce qui les rendra dépendant de la redevance payée par les usagers. Les syndicats redoutent qu’une baisse des moyens affectés à la télévision publique ne soit inéluctable ce qui se traduirait par des pertes d’emploi. Un arrêt de travail d’une journée en février a sérieusement perturbé les programmes et marquent le début d’un mouvement qui a touché de nombreux services de radio et de télévision.

Un des effets de la décision du président pourrait être le transfert des réseaux régionaux de France 3, qui relèvent aujourd’hui de la télévision publique, et qui pourraient être placés sous le contrôle de la presse régionale. Ceci aurait pour effet de renforcer le pouvoir et le monopole des médias régionaux au détriment du pluralisme. La concurrence a disparu presque partout et dans la plupart des régions françaises il ne subsiste plus qu’un seul journal régional. Au cours des quelques mois qui ont suivi l’élection de Nicolas Sarkozy on a assisté à un changement notable au sein des médias français.

La tradition française de respect de la vie privée des personnalités publiques semble avoir été abolie. Le changement est du à M. Sarkozy lui-même. Alors qu’il a manifesté durant la campagne présidentielle son irritation de voir les média évoquer les difficultés de son couple et son divorce avec son épouse, il a mis en évidence sa relation et son mariage avec la chanteuse top model italienne Carla Bruni. Cette mise en valeur risque de placer le chef de l’état en contradiction avec ses déclarations et de rendre plus difficile la mise à l’écart de la presse de ses histoires personnelles.

On eut aussi se demander si l’intérêt porté aux affaires sentimentales du président, qui ont occupé un espace considérable dans les médias y compris le Figaro et Le Monde, correspondent bien au rôle des médias dont on attend plus qu’ils évoquer les questions nationales et les sujets de sociétés. Et certains commentateurs ne se sont pas privés de faire remarquer que les affaires sentimentales du président ont pu lever un rideau de fumée sur les problèmes français contemporains tels que les grèves dans les transports, et la crise économique. Ces derniers mois sont apparus quelques affaires qui mettent en cause la liberté de la presse.

Le premier d’entre eux concerne les trois journalistes qui ont été arrêtés dans le cadre de l’opération, très discutable, de « l’arche de Zoé », où les membres d’une ONG, également nommée « Children rescue » ont été accusés d’avoir enlevé un groupe d’enfants africains au Darfour. Les journalistes qui étaient présent pour suivre l’opération et effectuer des reportages sur le transfert des enfants ont été accusés de complicité pour les faits reprochés à l’association. Ils ont été libérés après une période de détention et suite à une intense activité diplomatique. Un autre cas a concerné deux journalistes free lance, présent au Niger pour un reportage sur la chaîne franco-allemande ARTE, Pierre Cresson and Thomas Dandois. Entrés dans le pays sans autorisation ils sont partis sans autorisation effectuer un reportage sur la rébellion touareg dans le nord du pays.

Les autorités françaises ont obtenu la libération des journalistes, mais leurs chauffeurs sont restés en prison et ont été poursuivis. Et le ministre français des affaires étrangères a demandé ensuite aux journalistes de ne plus se rendre au Niger sans l’accord des autorités. D’une certaine façon cela signifie la fin des reportages dans les pays affectés par une guerre et « reporter sans frontière » a rappelé à cette occasion que le travail des journalistes était, par définition d’être présents sur les lieux où il y avait des tensions et là où il était justement nécessaire d’attirer l’attention du public.

En France encore les journalistes continuent à être confrontés à la difficulté de protéger leurs sources d’information et à être menacés de poursuites s’ils refusent de les révéler. En Bretagne où un journaliste du Télégramme de Brest qui a refusé de communiquer les sources d’une information obtenue à propose d’un assassinat, le juge a obtenu du réseau Orange la communication des numéros composés sur le téléphone mobile du journaliste. Ce qui lui a permis d’identifier les sources.

Un autre journaliste du Monde a été arrêté après avoir publié un dossier sur les activités de Al Quaeda en France. Et ce dossier a été rédigé sur la base d’informations obtenues des services de sécurité français. Le journaliste a été détenu et menacé jusqu’à ce qu’il fournisse le nom de son informateur.

Ces épisodes démontrent qu’il existe encore de sérieuses brèches dans le droit des journalistes à protéger leurs sources. Les poursuites engagées sont en contradiction avec les déclarations officielles du gouvernement. Le président Sarkozy a en effet déclaré que les journalistes devaient avoir le droit de refuser de divulguer leurs sources d’information et il a promis qu’une loi viendrait bientôt reconnaître ce droit

Le Taurillon remercie l’Association des Journalistes Européens pour l’autorisation de publier cet issu du rapport « Goodbye to freedom » et de sa mise à jour du mois de février 2008.
Illustrations :

- le drapeau de la France ; source Wikipedia

- le logo de l’AEJ

- le logo du rapport "Goodbye to Freedom"

Partagez cet article

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom