Accueil > Opinions > La mobilité européenne est possible aussi grâce à des initiatives (...)

La mobilité européenne est possible aussi grâce à des initiatives individuelles.

Train, voiture, vélo, pieds sont autant de moyens à notre disposition pour partir de manière autonome à la rencontre de l’autre.

, par Stéphanie Khoury Lattouf

Sébastien Liebus a choisi, l’été 2010, de traverser une partie de l’Europe de l’ouest… à vélo. De Paris à Berlin, en passant par Amsterdam et une infinité de petits villages, ce jeune homme d’une trentaine d’années a aussi effectué un voyage à travers le temps. Décomposons ce voyage : d’abord, pourquoi l’Europe ? « Les pays comme la Belgique, la Hollande et l’Allemagne sont très proches de nous mais je ne les connais pas du tout… alors que je suis déjà allé en Inde et aux États-Unis. Je me suis dit qu’il fallait profiter, rencontrer ce qui est à portée de main. »

Auteurs

  • Adhérente et secrétaire générale Jeunes Européens-Bordeaux (2010-2011), étudiante en licence d’ethnologie et de lettres modernes.

23 langues officielles, 2 langues effectivement parlées

Le choix du vélo, pour sa part, s’explique de manière assez lyrique : Sébastien voulait prendre son temps et profiter de tous les endroits traversés. Courageux, il avoue que s’il avait pu y aller « à pied ou en pédalo » il n’aurait pas hésité, désireux de « redécouvrir la lenteur » – sans compter que son bilan carbone est ainsi nul. Européen, sportif et responsable, donc. Quant au sport, justement, il s’est entraîné quelques week-ends avant le grand départ pour habituer son corps à l’effort physique. Avant de partir, il s’est juste assuré que son Blackberry avait une connexion fonctionnelle afin d’être à même de rechercher des campings dans les villes étapes de son voyage.

La question qui revient souvent quand il s’agit de mobilité européenne, à laquelle on ne peut échapper, est évidemment celle de la langue : comment se faire comprendre quand on ne parle pas vingt-trois langues ? « J’avais des petits dictionnaires avec moi : hollandais et allemand car je n’en ai pas trouvé de flamand, mais finalement ça n’a pas posé de difficulté. En fait, beaucoup parlent anglais, j’étais inquiet mais ça s’est plutôt bien passé. Et surtout, les gens que je croisais venaient spontanément me voir, pensant que j’étais moi-même hollandais ou allemand, puisque l’attitude d’enfourcher son vélo pour partir à l’aventure n’est pas très française. » En conclusion, on peut voyager en Europe sans forcément parler local, il suffit essentiellement d’être avenant et de vouloir communiquer pour parvenir à se faire comprendre.

L’histoire comme paysage privilégié

Sébastien Liebus est un passionné d’histoire qui a pris la mesure du pèlerinage historique qu’il effectuait une fois sur place. « Ce voyage était très symbolique, il reste des anciennes tranchées, on passe à côté de cimetières de la Première et de la Seconde Guerres mondiales, on traverse énormément de villes synonymes de grandes batailles (Ypres). À Amsterdam, on rencontre le musée Anne-Frank, pour enfin arriver, en Allemagne, à franchir le Rideau de fer puis le mur de Berlin. » À travers toutes ces étapes, le voyageur fait des rencontres qui l’amènent à s’interroger sur le poids de l’histoire à travers le temps : il cite notamment l’exemple de cet homme de quatre-vingts ans, rencontré à une centaine de kilomètres de Paris. Traumatisé par la Seconde Guerre mondiale, le vieil homme exprime son admiration pour le projet de Sébastien tout en avouant son impossibilité de faire de même : il se sent « bloqué » par rapport à son vécu personnel ; cependant, il incite ses enfants et petits-enfants à apprendre l’allemand et à voyager en Allemagne. D’une certaine manière, cette façon que ce grand-père avait de conseiller à sa famille ce que lui-même ne parvenait à réaliser, cette façon de ne pas entretenir la haine et la rancœur, cela est probablement une belle symbolique de la réconciliation franco-allemande.

D’ailleurs, à travers son voyage, Sébastien a rencontré beaucoup d’Européens, surtout à proximité des capitales, très multilingues. Dans les campings, « cœur de la jeunesse européenne en vacances », quasiment toutes les nationalités étaient représentées. Est-ce à dire qu’à travers le voyage, la rencontre de l’autre, on peut véhiculer, dans nos bagages, un morceau de paix et d’humanité ? D’après Sébastien, « notre génération a pour devoir de construire la paix à travers les voyages. Les régions que j’ai traversées ont beaucoup souffert et la pierre en porte encore la trace (par exemple la cathédrale de Munster, ou encore dans Berlin certains bâtiments ont été conservés, qui portent la marque de la Bataille de l’Europe). C’est important de se dire qu’avec l’Europe et la construction européenne, on a réussi à effacer ça. »

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :

P.-S.

Illustration : Berlin

Source : Sébastien Liebus sur Velo Paris-Berlin

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom