Accueil > Actualité > Montée du populisme en Autriche

Montée du populisme en Autriche

, par Marietheres Potuček

Toutes les versions de cet article : [Deutsch] [français]

Dimanche 28 septembre 2008 se tiendront des élections en Autriche qui éliront un nouveau gouvernement. A cette occasion, un petit panorama sur la politique de ce pays s’impose.

Auteurs

Mots-clés

Le 7 juillet 2008 le chef du parti conservateur ÖVP, Wilhelm Mölterer quitte la grande coalition entre son parti et le SPÖ (parti social démocrate) qui formait l’ancien gouvernement, en lançant un « ça suffit ».

Le gouvernement formé le 11 janvier 2007 est alors brisé. Dès cette date cette coalition passait pour un « mariage forcé » sans qu’il n’y eu l’impression que les deux grands partis souhaitaient véritablement travailler pour l’Autriche.

Les sujets en débats se sont cristallisés sur la fusion collège-Lycée et l’abandon des frais de scolarité. A cela s’ajoute une opinion publique qui maltraite questions européennes emmené par le journal populaire « Kronen Zeitung ». Un référendum en Autriche est demandé si le traité de Lisbonne entre en vigueur.

Après 17 mois de travail plus ou moins efficace, l’Autriche connaitra ses 24èmes élection depuis la Seconde guerre mondiale. Ce sera alors la première fois que les jeunes de plus de 16 ans pourront voter.

Il y a plus de deux mois que la grande coalition était cassée et la campagne électorale bat son plein. Tous les partis veulent convaincre les nombreux indécis. Les propositions les plus populistes séduisent le plus. La plupart des propositions tiennent plus de la promesse électorale que de solutions économiquement viables. Les sujets les plus discutés sont : l’inflation, la santé et l’Europe. Jôrg Haider, chef du parti d’extrême droite (BZÖ) estime que l’Autriche connait « une catastrophe des prix » et tient l’Europe pour responsable. Alexander van der Beller, chef des Verts estime que l’ancien gouvernement est un « somnifère ».

Tous les partis d’opposition essaient de ternir l’image de l’ancien gouvernement, alors que les deux grands partis essaient de récupérer les maigres succès de cette ancienne coalition. L’ÖVP et le SPÖ sont pourtant en perte de vitesse dans les sondages.

Faymann : une création du « Kronen Zeitung »

Le 15 août, le chef du parti social démocrate a fait une promesse au peuple : si le traité de Lisbonne entre en vigueur, il y aura un référendum en Autriche. Une promesse non obligatoire puisque non prévue par la constitution autrichienne.

Un vent nouveau au parlement autrichien ?

C’est la première fois que trois nouveaux partis tentent d’intégrer le parlement autrichienn : la « Liste Fritz », populisme d’opposition, et « Die Christen » (liste chrétienne) qui propose une interdiction de l’avortement, ces partis sont tous deux opposés à l’Europe. « RETTO » créé au printemps 2008 pour soutenir un autre parti, s’oppose farouchement à l’Europe tout en faisant la promotion de l’écologie de la démocratie, de la liberté et de la paix, ce dernier demande lui aussi un référendum sur le traité de Lisbonne. Le LIF (parti libéral) a de bonnes chances de rassembler assez de votes pour entrer au Parlement, c’est un parti qui s’engage fortement pour une Europe unie. Selon les sondages le Parti social démocrate, soutenu par le journal « Kronen Zeitung » se maintiendrait en tête. La question de la troisième force agite les débats, qui assumera ce rôle ? Heinz-Christian Strache, chef du FPÖ, comme Alexander van der Bellen, chef des Vertes, n’ont rien contre un retrait de l’Autriche de l’Union européenne.

Partagez cet article

P.-S.

Illustration : Wikipedia.

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom