Accueil > Opinions > « Sauvons l’Europe prend position pour un candidat : François Hollande (...)

« Sauvons l’Europe prend position pour un candidat : François Hollande »

, par Fabien Cazenave

Sauvons l’Europe vient d’annoncer qu’elle soutiendrait François Hollande dans le cadre du deuxième tour de l’élection présidentielle en France. Le Taurillon a interrogé son président, Fabien Chevalier, pour comprendre les raisons de cet appel en faveur du candidat socialiste.

© Matthieu Riegler, CC-BY

Auteurs

Le Taurillon : Sauvons l’Europe vient de prendre position en faveur de François Hollande pour la présidentielle française. Pourquoi ?

Fabien Chevalier : C’est la première fois que Sauvons l’Europe prend position pour un candidat à une élection. Nous sommes en effet une association indépendante de tout parti politique. En ma qualité de président, j’ai toujours veillé à ce que le camp progressiste, dans sa diversité, ait sa place à Sauvons l’Europe et à tendre la main aux pro-européens de l’autre rive. C’est pour cela que nous n’avons pas soutenu de candidat au premier tour de l’élection présidentielle. Mais aujourd’hui, nous devons prendre nos responsabilités. Sauver l’Europe, ce n’est pas procéder à des lâcher de ballons bleus et jaunes ! mais veiller à ce que des politiques justes et efficaces soient menées au sein de l’UE. Or, la situation de la France et de l’Europe n’évoluera pas de la même manière selon le Président élu le 6 mai.

En tant que pro-européen, nous nous prononçons contre Nicolas Sarkozy. Son mépris des valeurs européennes est insupportable ! L’un des grands principes de l’Europe, c’est l’humanisme, le respect de la personne humaine. Or, qu’a-t-on vu pendant 5 ans ? Du discours de Grenoble à la circulaire Guéant, nous avons assisté à une stigmatisation des étrangers… et même des citoyens européens à propos des Roms. Dans son programme, il propose de remettre de sympathiques douaniers aux frontières gauloises pour lutter contre les invasions barbares. Or, qu’est ce que l’Europe sans les droits de l’Homme ? Juste une zone de libre-échange ? On est loin des combats de Schuman, Spinelli ou Delors !

A l’inverse, en tant que progressistes, nous nous reconnaissons dans la vision de l’Europe développée par François Hollande, dans son engagement à défendre une perspective de croissance en mobilisant de nouveaux instruments comme des euro-bonds. Il propose la mise en place d’un budget européen renforcé et souhaite défendre une logique démocratique face au ballet des diplomates et des experts élevés en batterie.

Nous nous félicitons surtout de sa reprise de notre proposition d’un Erasmus euroméditerranéen, combat que nous avions victorieusement porté au Parlement européen, notamment grâce aux eurodéputés Vincent Peillon et Françoise Castex. Nous notons enfin sa volonté de mettre l’Europe au service de la jeunesse, en suscitant une nouvelle dynamique comme nous le réclamons avec notre campagne « Qui va payer ? ».

Le Taurillon : Pensez-vous que François Hollande ne prendra pas la même voie intergouvernementale que Nicolas Sarkozy ?

Fabien Chevalier : Nous le jugerons sur ses actes, mais il me parait difficile d’être plus intergouvernementaliste que Nicolas Sarkozy ! Il n’a vu dans l’Union européenne qu’un territoire plus vaste à présider, ou à co-présider avec l’Allemagne, méprisant ainsi les 25 autres États membres, le Parlement européen et même la Commission européenne pourtant aux ordres.

Je pense que François Hollande sera plus à l’écoute de nos partenaires, et favorisera de grands compromis pour faire avancer l’Europe et ses idéaux de paix, de progrès et de prospérité partagée.

Le Taurillon : L’Europe a été peu abordée dans cette présidentielle. Qu’avez-vous pensé de cette campagne du point de vue européen ?

Fabien Chevalier : Je ne pense pas que l’Europe ait été un sujet peu abordé. Au contraire, on n’a jamais autant parlé de l’Union européenne pour une élection présidentielle, surtout au début de cette campagne. Après, il est vrai qu’on a préféré aborder des sujets nettement plus fondamentaux comme la viande hallal.

Cependant, les citoyens ont pris conscience de l’interdépendance qui existe au sein de l’UE. Ce qui ce passe en Allemagne a des conséquences directes en France, et vice-versa. Par contre, il est vrai que peu de propositions nouvelles ont été avancées. Il vaut peut-être mieux cela que des promesses populistes.

Je remarque en outre que ceux qui souhaitaient ou prônaient la sortie de l’Euro sont complètement discrédités. Qui peut croire que la solution à la crise serait étroitement nationale ?

Le Taurillon : Vous avez participé à la manifestation syndicale du 1er mai sur le thème « Qui va payer ? » à propos de l’endettement. En quoi cela a-t-il une dimension européenne ?

Fabien Chevalier : La question que nous posons, c’est « qui va payer la dette d’aujourd’hui et les investissements de demain ? » Depuis 30 ans, on accumule les dettes. 17 000 euro de dette pèsent sur chaque enfant français à la naissance. Ces derniers mois, nous avons eu 20 conseils européens pour sauver l’Europe et 4 mois de campagne présidentielle en France... Mais toujours pas de réponse concrète à la question « Qui va payer ? » ou alors, une sinistre réponse, l’austérité aveugle, qui ne résout rien mais qui est une offensive contre les idéaux européens de solidarité et de rapprochement des peuples.

L’Europe ne survivra que par son investissement en faveur de la solidarité, de l’innovation, de l’ouverture et du renouvellement générationnel. C’est pourquoi nous posons la question « Qui va payer ? ». En France comme en Europe, c’est le premier pas pour sortir de cette crise et revenir à la croissance !

Voir en ligne : voir le texte de l’appel pour François Hollande de Sauvons l’Europe

Partagez cet article

Vos commentaires

  • Le 3 mai 2012 à 09:15, par Xavier En réponse à : « Sauvons l’Europe prend position pour un candidat : François Hollande »

    « A l’inverse, en tant que progressistes, nous nous reconnaissons dans la vision de l’Europe développée par François Hollande, dans son engagement à défendre une perspective de croissance en mobilisant de nouveaux instruments comme des euro-bonds. »

    Progressistes, humanistes, mais pas économistes !

    La croissance ça ne se décrète pas. Et ce n’est pas un gouvernement, fut-il européen, qui peut en fabriquer. Vous ralliez Hollande parce qu’il est keynésien. Il n’y a bien qu’en France qu’on croit encore majoritairement que la relance publique fonctionne. Le reste de l’Europe n’en veut pas de cette politique interventionniste au niveau économique.

    Quelle idée saugrenue que de se positionner pour un candidat sachant qu’aucun d’entre eux n’est pro-européen ni fédéraliste.

    En 2011, la dépense publique représente 56% du PIB !!! En 2010, les prélèvements obligatoires représentent.... 42,5% du PIB !!! Enfin y’a pas besoin d’avoir fait polytechnique pour comprendre que l’économie étouffe sous une fiscalité trop forte (sans parler du fait qu’elle soit complexe et instable) et que les dépenses de l’État représentent un gaspillage énorme.

    Et quelle est la solution des eurobonds ? Mutualiser la dette. Autrement dit : déresponsabiliser encore plus ceux qui gèrent mal l’argent, et faire payer ceux qui gèrent bien. Ah elle est belle la solidarité européenne.

    Si nous souhaitons changer la donne, militer pour le fédéralisme, il nous faut cesser de défendre l’UE et surtout commencer par arrêter de soutenir des gens qui nous à milles lieues de nos aspirations pour l’Europe.

    Si je suis contre la peine de mort et que deux bourreaux se présentent, l’un pour l’injection létale, l’autre pour la décapitation à la hache, comprenez bien qu’il ne faut soutenir ni l’un, ni l’autre. Soutenir c’est approuver.

  • Le 3 mai 2012 à 14:03, par Maude En réponse à : « Sauvons l’Europe prend position pour un candidat : François Hollande »

    Xavier, tu es partout décidément ! Mais je ne suis toujours pas d accord avec toi. Donc tu ne votes pzs et tu viens dire que voter cest idiot, qu il faut de l ultra liberal à toutes les sauces ... Non ca ne marchera pas comme ca !

  • Le 29 mai 2012 à 16:14, par gilles En réponse à : « Sauvons l’Europe prend position pour un candidat : François Hollande »

    mon cher Xavier, à l’évidence les recettes libérales nous ont conduit à la faillite et sont en passe de détruire la planète. Que les deux candidats ne soient pas pro-européens, peut-être, mais sans doute beaucoup moins le sortant que l’entrant. Aujourd’hui c’est l’économie contre le citoyen, espérons que demain ce sera l’économie au service de la cité.

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom