Accueil > Fédéralisme > Sortir l’Europe de l’ornière

Tribune du ME-F parue dans La Croix le 30 mai 2011

Sortir l’Europe de l’ornière

, par Catherine Grèze, Christian Philip, Damien Abad, Denis Badré, Fabienne Keller, Frédéric Benhaim, Jean-Luc Sauron, Jérôme Lambert, Najat Vallaud Belkacem, Sylvie Goulard

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Chacun s’accorde à dire combien l’Europe va mal. Comment ne pas être déçu de voir l’Union européenne, telle qu’elle est aujourd’hui, le plus souvent impuissante et divisée, illisible pour le citoyen européen.

Van Gogh, champ de blé aux corbeaux, 1890.

Auteurs

  • députée européenne de l’Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe (ADLE), Porte parole et ancienne Présidente du Mouvement Européen-France, enseignante au Collège d’Europe à Bruges, chercheur associé au CERI.

  • Christian Philip, Président du Mouvement Européen-France depuis juin 2010, Recteur de l’Académie de Montpellier

  • Député UMP, ancien eurodéputé

  • Vice-président du Mouvement Européen-France, Sénateur – Maire de Ville d’Avray (Union Centriste du Sénat)

  • Vice-président du Mouvement Européen-France, membre du Conseil fédéral d’Europe Ecologie-Les Verts

  • Vice-présidente du Mouvement Européen-France, Députée européenne (Europe Ecologie-Les Verts)

  • Vice-présidente du Mouvement Européen-France, Sénatrice (UMP)

  • Vice-président du Mouvement Européen-France, Député (PS)

  • Vice-président délégué du Mouvement Européen-France, Maître des requêtes au Conseil d’Etat

  • Vice-présidente du Mouvement Européen-France, adjointe au maire de Lyon et Secrétaire nationale du PS en charge des questions de société

Même s’il faut reconnaître des avancées telles que le mécanisme européen de stabilité financière, le pacte pour l’euro plus ou le début d’une convergence fiscale, celles-ci ne peuvent cacher les divisions sur de nombreux domaines et relèvent de décisions intergouvernementales, actant donc la mise à l’écart de la méthode communautaire.

Comment ne pas être déçu quand il est facile de se rendre compte qu’une Europe fédérale serait la meilleure garantie pour défendre les intérêts des peuples européens, pour que l’Europe puisse se faire entendre dans le contexte de mondialisation qui caractérise ce début du XXIème siècle ?

Comment ne pas être déçu quand on voit les gouvernements des Etats membres incapables, sur de nombreux domaines de faire preuve d’une véritable solidarité européenne et de promouvoir des politiques, des projets communs ? Il est alors peu surprenant que nombre de nos concitoyens se détournent de l’idée européenne.

Réagir est urgent. On n’a pas le droit de laisser ainsi s’étioler une construction qui a suscité tant d’espoirs, qui nous a apporté la paix et la liberté. Que chacun le comprenne, les mêmes causes produisent les mêmes effets, une Europe qui se déliterait est une Europe où l’émergence de nouveaux conflits ne tarderait pas.

Comment réagir ? Il faut d’abord expliquer pourquoi l’Europe est une nécessité. Nos gouvernements ne peuvent, tout en parlant toujours d’Europe, prendre des positions qui empêchent son développement. Il faut surtout mobiliser l’opinion publique, et là est le rôle de la société civile que représente notamment le Mouvement Européen-France. Mais comment le monde associatif peut-il agir quand l’appui public lui fait défaut ?

Réagir ce serait adopter quelques mesures montrant que l’on croit en l’Europe : définir une politique énergétique commune ; lancer de nouveaux projets d’entreprises communes qui prouveront qu’ensemble l’Europe peut réussir ; mettre en place une véritable politique commune en matière d’immigration et d’accueil des migrants, pendant indispensable de l’espace Schengen ; ou encore lancer une diplomatie européenne pour mutualiser nos moyens. Et combien d’autres exemples pourrions-nous citer ?

Peut-on réagir ? Oui, si la société civile est capable de lancer un cri d’alerte et un appel, si nous parvenions à faire de l’Europe un vrai débat lors de la prochaine présidentielle. Oui, si les élections de juin 2014 au Parlement européen, dans l’esprit du traité de Lisbonne, permettent vraiment une campagne européenne autour d’un candidat à la présidence de la Commission et d’un projet présentés par chaque grande famille politique européenne.

Oui, si nous acceptons de considérer que dans une Europe élargie il ne sera plus possible d’avancer tous au même moment et au même rythme. L’Europe a besoin d’une locomotive. Les Etats fondateurs, au premier rang desquels la France, doivent retrouver leur fonction d’entraînement et être les premiers à respecter les règles.

L’Europe de l’expérimentation des groupes pionniers c’est positif quand on affiche clairement que l’objectif est d’initier une dynamique pour rassembler progressivement le maximum d’Etats. Ce n’est pas instituer une Europe à deux vitesses ni revenir sur des acquis. C’est aller de l’avant pour entraîner les autres dans leur sillage. Ajoutons que l’Europe des pionniers ne se résume pas aux Etats. Les régions et métropoles européennes sont aussi les lieux d’invention de l’Europe de demain.

Le combat de l’Europe n’est pas la nostalgie d’une époque passée, celle de l’après-seconde guerre mondiale, celle de la deuxième moitié du XXème siècle. C’est le combat prioritaire d’aujourd’hui pour la paix, la liberté, la prospérité de nos peuples européens. C’est le combat pour que notre jeunesse puisse avoir un avenir, s’approprier un projet collectif.

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :

P.-S.

Tribune du ME-F parue dans La Croix le 30 mai 2011.

Vos commentaires

  • Le 16 juin 2011 à 06:20, par Martina Latina En réponse à : Sortir l’Europe de l’ornière

    Merci pour cet article collectif et constructif ! Sur un passé riche, un futur en friche : telle reste l’Europe, en perpétuel devenir à l’image de son nom. Car notre appellation commune, mais extraordinaire, d’EUROPE enracine notre histoire comme notre trajectoire dans le mouvement : contre la peur, contre la nuit, contre les limites et l’infini, mais pour la communication inscrite, avec une double réalité depuis trois mille ans, dans l’enlèvement mythique d’une princesse proche-orientale originaire des terres actuellement syro-libanaises. En effet, de la même source phénicienne ont jailli pour le monde, au même moment, les techniques nautiques et l’art alphabétique sous le signe sacré d’un TAURILLON déterminé...

    Revenons donc ensemble aux fondamentaux pour bâtir l’Europe durablement, pour nourrir l’Union dans la Diversité : à cette dénomination sémitique désignant d’abord pour l’Orient le « crépuscule du soir » et basculant - à l’aube du premier millénaire avant Jésus-Christ, sur le rivage crétois d’où surgit la première civilisation occidentale - dans les perspectives toujours exigeantes de la VASTE-VUE qu’EUR-OPE signifie en grec et qu’elle ouvre aux Européens résolument, contre vents, marées, voire tempêtes !

  • Le 17 juin 2011 à 10:32, par HERBINET En réponse à : Sortir l’Europe de l’ornière

    Se sentir européen. Être fier de sa citoyenneté européenne. Militer en faveur de l’acception fédérale de la construction européenne. Ne jamais faillir, mais brandir ! A l’aune des défis imposés par la mondialisation, l’Union européenne serait-elle exemplaire ?

    Quand la déferlante populiste hurle - compétition, cynisme, protectionnisme, tradition et égoïsme - les europhiles murmurent - éthique, modernité, régulation, démocratie, coopération et libre-échangisme - telle naquit l’idée européenne, comme les Pères fondateurs la conçurent. Au sein du village global, les identités sont plurielles avec de beaux regards citoyens. La vision fédéraliste fait entendre l’unicité de nos voix au sujet - de l’arrêt immédiat de toutes stratégies nationales dans la conduite des affaires et de l’action publique, l’intensification du processus d’unification européenne, la défense de notre « européanité », la création de fleurons industriels européens compétitifs et l’excellence de notre système universitaire européen.

    Et si notre génération de transition osait « suspendre notre jardin européen » ?

    Pierre-Franck HERBINET

  • Le 20 juin 2011 à 17:50, par Artus Galiay En réponse à : Sortir l’Europe de l’ornière

    Merci pour cet article qui presente de maniere convaincante les defis auxquels l’Europe fait face et les solutions pour la relancer. J’aimerais toutefois apporter un brin d’optimisme : rappelons que l’Europe n’avance que par crise, ce qui ne la tue pas la rend plus fort, la cris grecque actuelle en est un parfait exemple. Je prefere largement voir les gouvernements divises et indecis face a l’evidente solution de plus d’intgration (la creation d’un gouvernement economique europeen, qui est en train de se preparer, n’aurait jamais ete possible sans une telle destabilisation de l’Euro), plutot que de voir des embrassades chaleureuses entre dirigeants mutuellement satisfaits du status quo qui se cachent derriere de vagues promesses de plus d’integration. La stagnation de l’integration europenne entre 2001 et 2008 en est un parfait exemple : tout allait bien pour l’Europe, donc rien n’allait bien pour le projet europen (cf la blague de la Strategie de Lisbonne, visant a faire de l’Europe l’economie de la connaissance la plus competitive eu monde d’ici... l’annee derniere). Profitons donc de l’opportunite pour embrasser les vrais projets d’integration d’avenir, dont l’exemple le plus concret est actuellement l’idee de Jean-Claude Trichet de creer un « Ministere europen des Finances », une necessite qui se serait une reussite flamboyante pour l’integration europeenne !

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom