Accueil > Actualité > Le traité de Lisbonne > Traité de Lisbonne, l’accord est trouvé sans les citoyens européens

Avenir de l’Europe

Traité de Lisbonne, l’accord est trouvé sans les citoyens européens

L’impasse institutionnelle est-elle vraiment finie ?

, par Fabien Cazenave

Alors que les médias français n’ont d’yeux que pour le divorce de Cécilia et Nicolas Sarkozy, le Président français vient de trouver un accord avec ses 26 partenaires européens pour aboutir au « Traité de Lisbonne », réponse intergouvernementale arrachée de hautes luttes après les non français et hollandais de 2005 au TCE. Doit-on s’en satisfaire ou non ?

Auteurs

La victoire du point de vue national dans le concert européen

Autant nous sommes critiques sur l’aspect intergouvernemental de la préparation de ce traité, autant il faut plaindre les négociateurs de chaque pays qui ont du faire face à la volonté de chaque Etat membre de revenir avec une « victoire »au sujet de ce traité « simplifié » de plus de 250 pages. Les nominés à la palme du pays « Le plus obtu ( ou le plus dur dans les négociations) » sont :

Le Royaume-Uni (R-U)

Même si nous savons depuis son adhésion que le R-U freine le plus possible pour éviter une intégration trop importante des pays dans l’Union européenne, Gordon Brown et son équipe continuent à défendre les « intérêts » britanniques le plus âprement possible. Pourtant, le Secrétaire général de la Confédération Européenne des Syndicats (CES), John Monks, leur demandait de signer ce traité, rappellant que « les nations européennes, agissant individuellement, ne peuvent tout simplement rien faire ».

Au final, l’Ecossais du 10 Downing Street a obtenu que la Charte des droits fondamentaux ne s’appliquent pas à son pays, que les domaines de la politique étrangère et la fiscalité continuent à être modifiés à l’unanimité. Gordon Brown n’a pas réussi à ce que le R-U puisse choisir totalement à la carte d’appliquer ou non les politiques décidées quant au domaine de la coopération policière et judiciaire.

Son plus grand défi sera désormais de faire passer ce traité à ses adversaires conservateurs qui cherchent à rebondir politiquement. Ils feront sûrement campagne (de paire avec une presse eurosceptique ?) pour que cet accord intergouvernemental soit adopté par référendum.

La Pologne

La stratégie de la diplomatie polonaise (poussé à l’extrême par les frères Kaczynski) a encore gagné : pour ne plus avoir l’impression d’accepter « à genoux » quoique ce soit des autres pays, on ne cède sur rien.

Les jumeaux ont ainsi obtenu, juste avant les élections législatives du week-end en Pologne, le fait de ne pas se voir appliquer la Charte des Droits fondamentaux, un avocat général polonais à la Cour de Justice de l’Union européenne (même si cela n’était pas dans le traité...), le Compromis de Ioannina (un pays minoritaire peut geler temporairement une décision) inscrit clairement dans le traité et le fait de repousser à 2014 (voir 2017) le nouveau système de décision à la majorité.

L’Italie

On ne s’attendait pas à voir Romano Prodi si ardent défenseur de l’intérêt national, surtout pour « un » député. Au final, après des menaces de quitter les négocaitions, de refuser de signer le traité, etc : l’Italie obtient d’avoir un député de plus dans la nouvelle répartition nationale des députés européens (passant de 785 à 750). Elle « revient » au niveau du R-U et se rapproche de la France. Les autres revendications de l’ancien chef de la Commission ont disparu subitement après avoir obtenu « son » député...

L’Autriche

Il est des pays qui savent utiliser les occasions quand elles se présentent. Comme la Pologne avec les avocats généraux, l’Autriche a négocié son accord au traité. Elle a ainsi obtenu que soit mise de côté la question sur les quotas du nombre d’étudiants étrangers dans les Universités autrichiennes. En effet, la Commission européenne a annoncé jeudi opportunément qu’elle gelait sa procédure d’infraction contre l’Autriche...

La France

Nicolas Sarkozy et la diplomatie française ont obtenu ce qu’ils voulaient : un simple traité qui fassent passer la pilulle de la ratification par voir parlementaire. En effet, vue la complexité du traité de plus de 250 pages, on voit mal comment des parlementaires européens auraient réellement envie de venir défendre auprès des citoyens non juristes un texte encore plus compliqué que le feu-TCE.

L’accord de Lisbonne entérinne l’accord de juin

Conformément à ce que nous annonçait Jean-Pierre Jouyet, il y n’y a pas de grosses différences avec l’accord trouvé à la fin de la présidence allemande en juin dernier. Angela Merkel a donc ainsi souligné que « nous avons réussi : le pas politique décisif a été franchi ce soir ». De fait, l’accord devrait être signé le 13 décembre prochain (malgré la concordance des dates avec le coup d’Etat militaire du général Jaruzelski en 1981 en Pologne).

Le nouveau traité « de Lisbonne » amende les deux traités principaux de Rome en 1957 et de Maastricht en 1992, ainsi que ceux d’Amsterdam (1997) et de Nice (2000). La Charte des droits fondamentaux (54 articles sur les droits des citoyens européens) prend force contraignante, sauf donc pour le R-U et la Pologne. Le droit d’initiative populaire (un million de personnes dans l’UE) est confirmé : une europétititon pourra inviter la Commission à soumettre une proposition législative au Parlement européen.

Fini la présidence tournate du Conseil de l’Union européenne, voici un Président du Conseil européen élu pour 2 ans et demi. La rotation restera de mise pour la présidence des conseils des ministres. La répartition des rôles avec le « Haut-Représentant de l’UE pour la politique étrangère » n’est pas encore bien définie, d’autant que ce sera du nouveau Parlement européen élu en 2009 que la prochaine Commission européenne sera tirée. Cette dernière devra à partir de 2014 compter comme membres un nombre de 2/3 des pays membres (contre un représentant par « nation » actuellement).

Prendre le temps de repartir tous ensemble

Si M. Jouyet a raison, la ratification du nouveau traité devrait se terminer pour la Présidence française en 2008 puisque, en dehors de l’Irlande, aucun pays n’a besoin de faire ratifier le texte par voie référendaire.

Même si nous souhaitons, en tant que Fédéralistes, l’adoption d’un texte par un [référendum pan-européen-1472], force est de constater que les négociations intergouvernementales ont tué dans l’oeuf tout processus ouvert aux citoyens. En pratique, nous n’aurons pas ce référendum que nous appellons de nos voeux. Il nous faut, pour le moment, changer notre fusil d’épaule. Les prochaines voies pour arriver à une intégration plus forte doivent être étudiées tous ensemble. Surtout que les 27 pays semblent avoir du mal à se définir une ambition commune qui vaille quelque chose.

Que devons-nous attendre de conférences intergouvernementales qui aboutissent, à l’arrachée, à des accords qui ne font pas rêver les plus européens ? Il faut tirer les leçons de l’échec d’une réforme institutionnelle qui par son retard empêche d’autres avancées en terme de politiques communes.

On en comprendrait presque des médias qui préfèrent parler du divorce de notre chef de l’Etat ou des grèves... Mais peut-on faire de la sorte avec un Traité qui va toucher près d’un demi-milliard de personnes ?

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :

P.-S.

Illustration : photographie du 1er Ministre portugais et du Président de la Commission européenne après l’accord trouvé, issue du site de la Présidence Portugaise.

A lire :
- le site de la Présidence portugaise
- le blog de Jean Quatremer
- le Télégramme de Brest
- Touteleurope.fr

Vos commentaires

  • Le 20 octobre 2007 à 03:56, par Olivier En réponse à : Traité de Lisbonne, l’accord est trouvé sans les citoyens européens

    « Surtout que les 27 pays semblent avoir du mal à se définir une ambition commune qui vaille quelque chose. »

    Tout à fait. Alors, que fait-on, maintenant ? On encourage une Europe à deux vitesses au sein de cette Union à 27 ? Mais avec quelles institutions et quel élus ? Ou on se satisfait de structures profondément décevantes ? Faut-il privilégier une grande Europe diluée ou une Europe des coopérations renforcées entre un petit groupe d’Etats ? Je ne fais pas mystère de mes opinions en la matière, même si j’ai longtemps espéré la construction d’une grande Europe politique à une trentaine d’Etats...

    Bien sûr, des coopérations renforcées ne sont pas la même chose que des politiques communautarisées mais - franchement - une Europe avec Barroso président de la Commission et Blair président du Conseil, c’est le cauchemar, non ?

    Tout cela pose aussi un problème de symboles qui n’est pas anodin : c’est bien de voir certains pro-européens placer les drapeaux allemand, italien et espagnol à côté du drapeau français dans certains lieux comme des foires, mais je trouve catastrophique que le drapeau européen à douze étoiles ne soit plus considéré que comme l’emblème des losers de Bruxelles et que, à ce titre, il soit souvent omis sur la façade des bâtiments publics ou - quand il s’y trouve encore - systématiquement placé plus bas que le drapeau français. Tout ça n’est pas très judicieux de la part de ceux qui veulent une France unie dans une Europe en paix, à mon sens, parce que le natonalisme ne se réveille pas qu’en France...

  • Le 20 octobre 2007 à 09:08, par Joke En réponse à : Traité de Lisbonne, sans les citoyens européens ?

    Le nouveau traité réformant l’Union Européenne, adopté hier par les 27 gouvernements, ne change pas le caractère profondément antidémocratique de l’UE. Certes toute nouvelle législation européenne ne pourra être adoptée qu’après avoir été examinée par les parlements nationaux, puis approuvée par le Conseil des Ministres européens, enfin approuvée par le Parlement Européen (dont les membres sont désignés au suffrage universel direct par les citoyens de chaque état), mais l’approbation de la « Vraie Gauche Française » (Besancenot, Laguillet, Buffet, Fabius, Chevènement, Emmanuelli, Michel Onfray) n’est toujours pas nécessaire.

    The new treaty reforming the EU agreed by all 27 national governments yesterday DOES NOT improve the democratic accountability of the European Union. Though under the terms of the treaty no EU legislation can be adopted without, first examination by national parliaments, second, approval by the EU Council of Ministers (composed of national ministers from national governments accountable to those national parliaments) and third, approval of the European Parliament (composed of our directly elected MEPs), it still doesn’t require approval by the French Left « grandees » that is Besancenot, Laguiller, Onfray, Buffet, Fabius, Chevènement, Emmanuelli

  • Le 20 octobre 2007 à 10:08, par Ronan En réponse à : Traité de Lisbonne, l’accord est trouvé sans les citoyens européens

    Lamentable couverture du sommet européen dans les mass-média français (notamment, du service public) :

    - Quid des opt-outs britannique et polonais sur la Charte des droits ?! Rien.

    - Quid de l’omission des symboles de l’Union dans la version finale de ce traité ?! Rien non plus.

    - Quid du changements de dénomination du MAE de l’Union en ’’fadasse’’ Haut-Représentant inodore, incolore et sans saveur ?! Si peu de choses (visiblement, tout le monde s’en fout...).

    - Quid de la réforme de la majorité qualifiée repoussée à dans dix ans (avec le maintient du compromis de Ioannina) ? Que dalle.

    - Quid du volume complétement surréaliste (250 pages : on croit rêver) d’un Traité soit-disant ’’simplifié’’ ?! Nothing.

    - Quid du mode de rédaction ’’semi-clandestin’’ dudit ’’traité croupion’’ (i. e : sans transparence ni contrôle démocratique, et par on ne sait finalement pas qui) ?! Rien, rien, rien.

    Bref : voilà un Traité ’’croupion’’ calamiteux, ’’demandé et obtenu par Nicolas Sarkozy’’ (sic) (si, si : vous ne rêvez pas...) avec - comme on peut le voir - une couverture médiatique absolument lamentable de la part d’une presse sans cervelle qui préfère délirer sur le divorce ’’people’’ du chef de l’Etat. Honteux (ça mériterait bien un carton rouge, ça...).

  • Le 21 octobre 2007 à 02:26, par Thomas En réponse à : Traité de Lisbonne : anti-démocratique ?

    Balayons les mesures-phares :

    1) Une présidence stable : plus de visibilité / stabilité - ok.

    2) Le HR de la PESC : ses pouvoirs seront accrus - bien - mais personne (c’est-à-dire le grand public, pas de snobisme voulu...) ne sait toujours pas qui il est, donc toujours un problème de visibilité et de rôle (il présidera le conseil des ministres des AE et sera également vice-président de la Commission, il présidera un service européen pour l’action extérieure... hmm je sens venir encore une savante memnotechnique pour me rappeler tout ça...) Que demande le peuple, surtout ?

    3) La MQ devient la norme : bien. Certaines décisions devront se prendre plus facilement. Rendre le mammouth européen (un peu) plus gouvernable, qui serait contre ça ?

    4) Pétition populaire : ok c’est non-contraignant, mais difficilement qualifiable d’anti-démocratique...

    5) PE : plus de codécision, élira le Prés de la Commission sur proposition du Conseil et en tenant compte des élections - comme pour le dernier point, ça irait dans le sens de « plus » de démocratie...

    6) Taille de la Commission : c’est la seule mesure qui me choque vraiment et qui semble ne choquer personne... Une Commission « tournante » (si j’ose dire) à deux tiers à partir de 2014 (ou 2017 - je prends 2017 !)... Ca veut dire qu’on va assister à des Commissions à qui vont parfois manquer des pays-clés d’UE15 voire d’UE6 ! C’est cela qui me paraît le principal souci « démocratique », notamment pour l’institution-phare / d’impulsion de l’Union, souci qui n’était pas moins présent dans la proposition de Constitution.

    Enfin, sur l’adoption du texte, cela ne pose pas un problème de démocratie si le Texte est négocié entre chefs élus d’Etat et de gouvernement, puis ratifié par voie parlementaire. (On s’empresse d’ajouter que la plupart du temps, ces chefs sont élus par moins de 25% de chaque population si l’on considère les taux d’abstentionisme - les Etats sont loin de donner le la en matière de « bonne » démocratie...)

    Cela devrait poser un problème vu que les Français, par exemple, ont rejeté le projet de Constitution par référendum puis ont voté un chef de l’Etat qui a promis de faire adopter un texte quasi-pareil par le Parlement...

    Trop ou pas assez de démocratie... au final, ce n’est pas vraiment le problème dans l’affaire. La question, comme le dit Fabien, c’est de faire rêver les Européens avec des projets concrets et innovants qui les concernent au premier chef (croissance, emploi, climat)...

  • Le 22 octobre 2007 à 00:02, par Olivier En réponse à : Traité de Lisbonne, sans les citoyens européens ?

    "mais l’approbation de la « Vraie Gauche Française » (Besancenot, Laguillet, Buffet, Fabius, Chevènement, Emmanuelli, Michel Onfray) n’est toujours pas nécessaire."

    Et c’est une excellente nouvelle. Merci d’avoir souligné ce point réjouissant. :-)

  • Le 22 octobre 2007 à 00:06, par Olivier En réponse à : Traité de Lisbonne : anti-démocratique ?

    « La question, comme le dit Fabien, c’est de faire rêver les Européens avec des projets concrets et innovants qui les concernent au premier chef (croissance, emploi, climat)... »

    Je suis d’accord avec ce que tu as écrit dans ton intervention mais, sur ce dernier point, je ne sais pas si les projets concrets que tu cites peuvent faire « rêver » les Européens. Moi, j’aurais plutôt tendance à rêver d’une diplomatie et d’une armée communes...

  • Le 22 octobre 2007 à 00:09, par Olivier En réponse à : Traité de Lisbonne, l’accord est trouvé sans les citoyens européens

    Je suis entièrement d’accord avec toi sur les reculs que consacre ce traité calamiteux. Espérons qu’il se trouvera des personnalités politiques courageuses pour proposer de nouveaux projets d’intégration quand le coût de la non-Europe sera devenu encore un peu plus exorbitant...

  • Le 22 octobre 2007 à 13:08, par dhalber DD En réponse à : Traité de Lisbonne, l’accord est trouvé sans les citoyens européens

    Comme toutes les nouvelles sur l’Europe, on peut lire celle-ci comme un verre « à moitié plein » ou « à moitié vide » selon son tempérament. Moi, je lis l’évènement comme le « verre à moitié plein ».

    Car l’aventure de l’Europe est d’abord une odyssée incertaine et pragmatique. une construction et non une évidence, une oeuvre de la volonté collective et non quelque chose de donné à priori comme une nécessité de l’histoire. Une avancée lente, chaotique, trébuchante sur un chemin non balisé à l’avance, avec un horizon difficile à deviner dans les brumes du futur à accomplir. L’Europe est un mystère de l’histoire. Avec un côté mythique et aventureux qui plait aux audacieux ( ils sont rares en ce moment). Mais aussi avec une face stressante, inquiétante. Le défi de l’Europe à l’Histoire est un traumatisme pour les conservateurs invétérés que sont les nationalistes.

    L’Europe est aussi la scène d’un combat larvé, feutré, entre les dirigeants dinosaures d’un monde en perdition, qui continuent de s’accrocher désespérément aux bribes d’une souveraineté en grande partie évaporée...au profit de l’Union européenne. Tout comme aux XVI° et XVII° siècles les grands féodaux survivants refusaient de céder les restes de leurs prérogatives régaliennes devant la montée lente et irrésistible du pouvoir royal en France.

    C’est ce combat d’arrière garde que le traité va contribuer à réguler, à civiliser, à dominer, en attendant que le conseil européen devienne une chambre haute, plus tard.

    Quant aux peuples qui regardent passivement le spectacle de l’Europe en construction tout en déplorant de rester hors jeu, ils ne pourront vraiment devenir acteurs de cette épopée que lorsqu’il y aura enfin des citoyens européens, une opinion européenne, une politique européenne qui ne sera pas seulement la somme ( nulle) des intérêts nationaux ( contradictoires).

    Actuellement, les peuples ne pensent encore l’Europe qu’à travers l’écran déformant de leur cadre national, résultat provisoire de aléas de l’histoire. Il faudra pourtant dépasser ce cadre devenu trop étroit au regard d’une problématique de plus en plus « inter-nationale ». Les défis vont devenir de plus en plus communs, appelant des réponses communes.

    Consulter, séparément, des peuples qui ne sont pas encore des citoyens de l’Europe, consulter des citoyens européens qui n’existent pas encore, quelle absurdité ! Cessons enfin de mettre la charrue devant les boeufs. Car une consultation sur l’Europe ne devrait, logiquement, donner lieu à référendum que le même jour et dans toute l’Europe. Une interrogation sur l’Europe faite dans un cadre national ne peut, et c’est normal, que donner une réponse « nationale », c’est-à-dire « non européenne »... Il faut donc éviter les erreurs de niveau, favorisant les confusions chez l’électeur. D’autant que la tentation est puissante sinon irrésistible de refuser lorsque le doute s’instille. Or comment le doute ne serait il pas le plus fort en face de textes longs, techniques, confus voire « ésotériques »... Je suis frappé par le fait que le non en mai 2005 a souvent été choisi par des « lecteurs » du projet de traité constitutionnel ( ils ont eu des doutes), alors que beaucoup de ceux qui avaient voté oui ne l’avaient pas lu. Ils faisaient confiance.

    N’oublions tout de même pas que les peuples/citoyens européens sont représentés depuis 1979 par des eurodéputés élus dans un cadre national, et qu’ils peuvent donc au besoin se faire entendre. Dans l’immédiat, c’est à ce niveau que les peuples doivent porter leur effort en faisant modifier les modalités, politiques, de cette représentation. La naissance, en gestation, de partis européens, organisés au niveau européen, serait un progrès essentiel et sans doute décisif, plus encore que celui des seules institutions sur lesquelles on se focalise trop.

    Car l’aventure européenne est, depuis le début, d’essence politique, bien plus que juridique...

  • Le 22 octobre 2007 à 17:56, par ? En réponse à : Traité de Lisbonne : anti-démocratique ?

    Oui, mais parce que tu es déjà, comme moi, un Européen convaincu ! Et trop de top-down trop vite tuerait définitivement le top-down.

    Lorsque l’UE a « marché », du moins aux yeux du public, c’est grâce à des projets « concrets », c’est-à-dire auxquels il a pu s’attacher :

    ex Le Charbon & l’acier, c’était du bon sens à l’époque, concret, logique... ERASMUS : idem voire encore plus car les étudiants en bénéficient directement... l’Euro : contesté certes, mais c’est d’abord cette idée très « concrète » qui a permis de faire passer Maastrich...

    cf. super bouquin de Renaud Dehousse là-dessus, « La fin de l’Europe » (fin au sens de finalité, bien sûr ! C’est de lui que j’ai contracté cette obsession du « concret » :)

  • Le 22 octobre 2007 à 23:02, par Ronan En réponse à : Traité de Lisbonne, l’accord est trouvé sans les citoyens européens

    Ce n’est sans doute pas seulement une question de « tempérament » mais ce lyrisme néo-romantique sur « l’Europe (...) : une odyssée incertaine et pragmatique, construction et non évidence, oeuvre de la volonté collective et non donné à priori comme une nécessité de l’histoire ; avancée lente, chaotique, trébuchante sur un chemin non balisé à l’avance, avec un horizon difficile à deviner dans les brumes du futur à accomplir ; mystère de l’histoire avec un côté mythique et aventureux qui plait aux audacieux » (etc), cet espèce d’hymne à l’à-peu-près et d’éloge du bancal ordinaire, je commence à trouver ça carrément insupportable. Il serait peut-être tant qu’on se mette - enfin - à construire en Europe quelque chose de plus rationnel, de plus démocratique et de plus efficace, non ?!

    A propos des « dinosaures d’un monde en perdition » et autres « grands féodaux », après les derniers épisodes européens de juin dernier (et du récent week-end) je vous trouve bien optimiste et je ne suis vraiment pas du tout sûr que leur « combat d’arrière garde » soit franchement si désespéré que cela. Aujourd’hui, qui « tient » le Conseil de l’Union domine l’ensemble du dispositif. Et, actuellement, ce sont les Etats-nations qui dominent et verrouillent tout le système...

    Quant à imaginer que « (c)e traité va contribuer à réguler, à civiliser, à dominer (ces forces) », disons que je vous trouve bien optimiste. Partis comme on est, j’ai l’impression que, sans une rapide prise de conscience ou quelque petits coups de théâtre, en l’an de grâce 2547 de l’ère commune, on en papotera encore...

    Oui, « les défis vont devenir de plus en plus communs, appellant (en toute logique) des réponses communes ». Mais l’ennui, c’est que si nos contemporains restent (gros problème d’éducation civique) désespérément enfermés dans leurs oeillères nationales, c’est tous ensemble que nous louperons collectivement le côche...

    Le meilleur moyen d’impliquer les européens dans la construction européenne, ce serait d’en faire l’objet d’un grand débat politique à l’échelle de toute l’UE. L’idéal serait l’élection d’une Constituante ou d’un Parlement dôté de pouvoirs constituants afin de permettre aux « Citoyens » européens de s’approprier le débat. Las, certains Etats-membres n’en veulent pas... (sans doute, d’ailleurs, qu’ils ne le veulent pas).

  • Le 25 octobre 2007 à 07:07, par KPM En réponse à : Traité de Lisbonne : anti-démocratique ?

    La diplomatie & armée commune c’est très concret et c’est déjà plébiscité par 60% des européens...

  • Le 25 octobre 2007 à 09:29, par roussel En réponse à : le seul moyen d’arriver a un accord solide et durable .

    le seul moyen d’arriver a un accord solide et durable, il faut multiplier les contacts citoyens par les echanges entre les europeens des villes et village par l’intermediare des jumelages et permettre le tourisme europeen de se developper. ce qui donneras a la population europeenne de mieux se connaitre et ainsi comprendre les soucis de chacun. H Roussel

  • Le 29 octobre 2007 à 12:14, par dhalber DD En réponse à : Traité de Lisbonne, l’accord est trouvé sans les citoyens européens

    @ ronan, merci de votre commentaire.

    Oh, mais que si, l’Europe en bien besoin de ce « lyrisme » qui semble vous gêner, qui mit les pères fondateurs en branle après la guerre et qui manque si cruellement aujourd’hui. Lyrisme et pragmatisme ne sont pas forcément antagonistes. Ce projet de traité me plait car il est pragmatique mais l’idée d’Europe est, depuis toujours, une question de « lyrisme » comme vous dites. Alors merci, car je le revendique hautement ce lyrisme. Et je déplore au fond que vous en manquiez vous même un brin. On est bien d’accord, relisez ce que j’ai écrit car les fameux « dinosaures » que j’invoque comme obstacles ( mais qui sont selon moi sur le déclin), ce sont les états-nations qui monopolisent l’Europe.

    Mais encore une fois, ne mettons pas la charrue avant les boeufs. Un grand débat européen ( je sais que les français adorent ça...) ne servirait à rien. C’est prématuré. Il faut en premier créer l’opinion « européenne ». Les opinions actuelles fonctionnent toujours dans un cadre national et cloisonné. Le débat dériverait inéluctablement vers la pente souverainiste et ce serait un échec car les différences occulteraient les ressemblances . Le temps n’est pas encore venu d’une « constituante » qui présuppose la cristallisation de ces points communs en un tronc commun et il va falloir encore avancer à tâtons quelque temps.

    Travaillons donc, de façon « lyrique »... à l’Europe. Ceux qui déplorent l’abandon des « symboles » ne sont ils pas justement « lyriques » ? Ce qui n’empêche pas les projets concrets, au contraire. L’union se fera dans les idées et dans la pratique. Vous avez raison. Mais attention, car vous n’avez pas le monopole de la vision européenne. Personne ne le détient. Votre assurance est troublante. Si les proeuropéens commencent à se chamailler et à se diviser en chapelles antagonistes, comme on sait si bien le faire chez nous, que deviendra notre pauvre Europe ? Fédérons au contraire nos « petites » différences puisque le but est commun. Mais je vous « pardonne » volontiers votre lecture hâtive...et je vous demande aussi pardon pour mon apparente et insupportable suffisance...lyrique.

  • Le 30 octobre 2007 à 10:39, par Ronan En réponse à : Traité de Lisbonne, l’accord est trouvé sans les citoyens européens

    Moi, ce qui me dérange, c’est quand ce ’’lyrisme’’ semble vouloir dire que ’’l’Europe, finalement, c’est bancal mais (que) c’est très bien et merveilleux comme ça’’. Discours qui sert - ainsi - de cache-misère aux insuffisances de l’UE actuelle, là où nos contemporains éprouvent de vrais besoins et une véritable impatience que nos gouvernants semblent vouloir négliger.

    Quant aux symboles de l’Union : il ne s’agit là moins de déplorer l’oubli volontaire de ces ’’fins en soi’’, que de surtout pragmatiquement critiquer l’absence de ces ’’outils-à-fabriquer-l’Union’’. Se priver d’outils est une erreur politique.

    A moins - autre hypothèse - qu’il s’avère en fait que nos chefs d’Etats ne souhaitent finalement pas vraiment construire l’Union... (les ’’dinosaures’’ sont peut-être sur le déclin, mais ils conservent cependant encore assez de ’’pouvoir de nuisance’’ pour empêcher l’Union de se développer, comme on l’a encore vu récemment).

  • Le 31 octobre 2007 à 11:28, par ? En réponse à : Traité de Lisbonne : anti-démocratique ?

    sans l’Angleterre ça va être difficile, sans fonds ça va être très difficile (fonds qui d’ailleurs pourraient être mieux dépensés dans d’autres secteurs à mon avis vu que la structure même de l’Union empêche la guerre entre ses membres, et pour le reste on est à des années-lumières derrière les USA ; une diplomatie commune c’est autre chose, et me paraît très difficilement praticable à 27 mais bon) et « 60% » des Européens... chiffre tout à fait trompeur, sorti soit des eurobaromètres soit des résultats de la Constit (la plupart des « oui », dans ce cas, étant passés par voie parlementaire...)

    Je suis pour un fédéralisme plus pragmatique et moins rêveur. L’Union doit à mon avis se retourner d’abord vers les gens, leurs envies et besoins au quotidien... autrement dit, labourer d’abord le terrain social, car c’est le principal souci des Européens dans un contexte mondialisé

    Je ne suis absolument pas contre une armie commune, c’est juste que je crois qu’on ferait bien - pour l’heure - de PROFITER de l’OTAN au lieu de rivaliser inutilement avec elle, et dépenser de façon à stimuler la croissance et rasséréner les gens plus affolés par la précarité que par autre chose...

  • Le 4 novembre 2007 à 13:12, par dhalber DD En réponse à : Traité de Lisbonne, l’accord est trouvé sans les citoyens européens

    @ ronan,

    Votre point de vue, volontariste, est important et je ne vous en admire que plus car il n’est pas si fréquent. Mais l’Europe que vous concevez et dont vous rêvez ne me parait pas correspondre à la réalité.

    Si je suis lyrique ( dans le style), vous me paraissez un « doux » rêveur. Car l’Europe n’est pas une, c’est une juxtaposition plus qu’une addition. Tous les européens ne veulent pas avancer du même pas...et heureusement car la direction, le sens de la manoeuvre collective, sont flous, difficiles à fixer faute de pilote, les dérapages inévitables. Vous rêvez de forcer la nature ? C’est aller droit à l’échec. L’Europe n’est pas un empire à construire par la coercition comme jusqu’ici tous les empires de l’histoire se sont bâtis. Tout le système repose sur le consensus, obtenu par le dialogue et concrétisé par des traités successifs. Un fragile et miraculeux château de cartes dont vous paraissez peu conscient. On ne peut aller plus vite que la musique, qui dure depuis 50 ans. Votre emballement est sympathique mais il fait sourire et son insistance finit par être déplaisante. l’Europe a beaucoup d’ennemis, puissants, teigneux et peu d’amis sincères, contrairement à ce que l’on semble croire sur ces blogs.

    Dans Le Monde d’aujourd’hui, l’ancien ministre Francis Mer propose quelques idées pour « bâtir une Europe compétitive ». La lecture des réactions d’abonnés est troublante. Le pessimisme règne. Allez donc faire un tour sur Marianne. Vous y verrez répandue une vraie angoisse de l’Europe, cachée derrière l’appel à une nouvelle campagne référendaire qui pourrait bien être aussi désastreuse que celle de 2005. Alors, pitié pour l’Europe. Modérez vos ardeurs de bâtisseur à tout va, dans son intérêt. D’ailleurs, les autres états semblent attendre moins que nous, français, de l’Europe. Question de culture peut-être, mais c’est fondamental car nous ne pesons plus, juridiquement qu’un 27ème et démographiquement que 12% de cette Europe. Ne l’oubliez pas. Même le fameux tandem ( plutôt que « couple ») franco allemand pèse beaucoup moins et peine à entrainer l’ensemble. Le consensus est infiniment plus difficile à obtenir à 27 qu’à 6. Et seul le premier « pilier », le plus vieux et le plus important, fonctionne régulièrement.

    Comme je ne me cantonne pas seulement à ce qui existe, et ne fonctionne pas au mieux je vous l’accorde, s’il y a un référendum je voterai oui au nouveau projet et sans état d’âme car il est tout de même positif. Il resserre un peu les boulons.

    Mais vous avez raison, je me contente de trop peu, comme beaucoup de citoyens européens finalement. Curieusement, c’est justement parce que j’aime l’Europe concrète et diverse, riche de sa diversité. Et pas seulement une « idée française de l’Europe » comme de Gaulle avait une certaine « idée de la France ». L’Europe ? une aventure unique dans l’histoire et donc sans repères existants, qui doit, car elle n’a pas d’autre choix, prendre son temps pour réussir un jour. Pas de « violences », Ronan...de la douceur, de la pédagogie. L’Europe souffre depuis toujours de son enlèvement par Zeus déguisé en taureau, vous connaissez cette histoire traumatisante, non ?

    Merci quand même pour cet échange sympathique.

  • Le 5 novembre 2007 à 14:09, par Ronan En réponse à : Traité de Lisbonne, l’accord est trouvé sans les citoyens européens

    Pardon encore, mais j’ai surtout le sentiment - surtout après cette fameuse campagne référendaire de 2005 (durant laquelle j’ai milité pour le OUI...) qu’il y a tout de même là un énorme décallage entre certaines élites ’’européistes’’ (et ces gouvernements qui souvent se contentent d’une ’’Europe de peu’’...) et les aspirations populaires, lesquelles (Cf. réguliers eurobaromètres) vont régulièrement se perdre dans on ne sait trop quels goulôts d’étranglement intergouvernementaux.

    Et ce n’est précisément que parce que l’actuelle Europe intergouvernenemtale déçoit profondément... (parce que décidément peu ambitieuse, somme toute pas assez transparente et finalement bien peu démocratique...) que les votes eurosceptiques s’en trouvent précisément gonflés.

    Le seul moyen de remettre le train européen sur les rails (et de l’empêcher d’aller irrémédiablement dans le mur...), c’est d’enlever les clefs de la maison des mains des Etats membres et de s’en remettre à de nouvelles procédures constituantes démocratiques (nouvelle Convention voire prochain Europarlement érigé en Constituante). Sinon, le divorce d’avec l’opinion ira en s’accentuant...

    L’Europe intergouvernementale souffre d’un grave problème de méthode déjà constaté au moment de la rédaction du Traité de Nice : les petits arrangements entre chefs d’Etat et de gouvernement n’accouchent plus guère que de compromis médiocres où les plus ambitieux ont l’obligation mécanique de s’aligner systématiquement sur les moins-disants. Bref : l’Europe de papa, irrémédiablement bloquée par ses Etats membres, c’est fini car nos Etats-membres n’ont en fait pas la moindre ambition de la faire avancer plus avant ; il faut faire en sorte que ce traité soit le dernier des Traités.

    A ce titre, le prochain rendez-vous politique important à l’échalle européenne sera sans doute moins la prochaine ’’présidence’’ française que - surtout - la prochaine élection du Parlement européen, un rendez-vous démocratique qui, normalement, ne devrait faire peur à personne. Si ce futur ’’Europarlement’’ devait s’autoproclamer ’’Assemblée constituante’’, j’applaudirai des deux mains. Et vous ?!

  • Le 12 novembre 2007 à 00:31, par dhalber DD En réponse à : Traité de Lisbonne, l’accord est trouvé sans les citoyens européens

    Je trouve votre formule « (...) enlever les clefs de la maison ( Europe) des mains des Etats membres » plutôt juste et réussie. C’est vrai que l’heure est sans doute venue de remettre le destin commun entre les mains des peuples qui composent l’Union.

    Construite jusqu’à présent par les états dans le silence des peuples, l’Union a été peu à peu confisquée dans sa direction effective par les seuls états et ce dans une optique de freinage. D’où le divorce que vous décelez et qui s’aggrave progressivement.

    Car l’Union européenne est double et schizophrène sur le plan territorial.

    En voie de quasi unification économique par suite de la disparition des frontières douanières, elle privilégie sur de vastes espaces géographiques ouverts la libre concurrence, la libre circulation des biens et des personnes ( Schengen) et dans ces domaines du premier pilier, la décision et le pouvoir sont de type communautaire et « fédéral » au sens large. Avec l’union monétaire partielle autour de l’Euro, la banque centrale européenne, la Cour de justice, la PAC, l’Eurocorps, le parlement européen élu au SU depuis 1979, un budget commun embryonnaire... l’organisation fédérale s’est considérablement renforcée. Deux ( soit 50%) des attributs traditionnels de la « souveraineté », et non des moindres, sont de fait entre les mains de l’union, suscitant l’ire compréhensible des « souverainistes » qui redoutent comme la peste la création ( bien improbable pourtant) d’un « super-état ».

    En même temps et sur le même espace ouvert économiquement, les états conservent le pouvoir politique, diplomatique, fiscal, et maintiennent à leur profit l’antique cloisonnement qui constitue un redoutable frein au dynamisme nécessaire. Car ainsi, l’espace géographique commun de vie publique et de citoyenneté n’existe pas encore. L’opinion publique continue de vivoter dans son cloisonnement national traditionnel, qui est encore celui des cultures, des langues et de la vie politique. D’où les contradictions « nationalistes », assez surréalistes vues de l’extérieur...

    Votre suggestion est donc séduisante. Pour faire évoluer l’Europe, créons une culture, une citoyenneté, une vie politique européenne dépassant des frontières désormais en pointillé, qui seront soucieuses des intérêts communs au delà du seul facteur « national ». Car l’outil européen de cette révolution culturelle existe, vous avez raison.

    Les prochaines élections au parlement de l’UE seront sans doute cruciales. 30 ans après sa « naissance » au SU, le parlement pourrait enfin prendre en charge le destin des Européens qu’il est le seul seul organe à vraiment représenter. La condition en est toutefois effectivement la réorganisation préalable des partis politiques au niveau pertinent, celui du continent. Casser le vieux moule politique pour le repenser par le haut ne sera toutefois pas facile quand on connait les pesanteurs dans ce domaine...mais l’actualité fournit des espoirs. Encourageons les peuples à s’éveiller de leur longue torpeur pour qu’ils puissent à leur tour en élisant de vrais euro-représentants « récupérer les clefs de la maison », qui leur reviennent de droit.

  • Le 19 décembre 2007 à 22:40, par Naej En réponse à : Traité de Lisbonne : anti-démocratique ?

    si on créera une armé comune ce ne sera pas ppour « rivaliser avec l’OTAN » mais pour pouvoir etre independant pour pouvoir dependre de nous même sans avoir besoin de se referer à un pays extra europeen. De plus on « profitera » beaucoup mieu de l’otan si les puissances militaire qui la compose sont de force equilibré de tel maniere qu’il n’y à ni dominé ni dominant (mais je ne sous entand pas que aujourd’hui il y ai un dominé et un dominant ! on n’est pas dans la jungle !)

  • Le 2 janvier 2008 à 15:06, par ? En réponse à : Traité de Lisbonne, l’accord est trouvé sans les citoyens européens

    Bonjour,

    Nous avons mis en ligne pour Nicole Fontaine un site de questions et réponses sur le traité de Lisbonne. Vous pouvez télécharger aussi une plaquette explicative.

    L’adresse est ici http://www.traitedelisbonne.eu

    Nicolas Bermond

  • Le 5 février 2008 à 08:24, par pop En réponse à : Traité de Lisbonne, l’accord est trouvé sans les citoyens européens

    c est entierement sa on nous informe mais on ne peut rien faire sarkozy nous endort avec les media pendant qu’il détruit peu a peu les droits et lois francaises

  • Le 7 février 2008 à 18:22, par gana En réponse à : Traité de Lisbonne, l’accord est trouvé sans les citoyens européens

    Un parlement qui s’autoproclamerait assemblée constituante serait à mes yeux illégitime. La constitution n’est pas une loi comme les autres !!! Une assemblée constituante doit être élue en vue de ce mandat particulier.

    Lorsqu’on pose au peuple une question précise (oui ou non au TCE), il y en a qui vont dire que le peuple à répondu à d’autres questions. Lorsqu’on lui pose une question multiple (programmes des législatives européennes, françaises) on prétendra qu’il à voulu répondre précisément à l’une d’elles (mandat pour écrire la constitution, mandat pour ratifier le traité de Lisbonne qui se veut par son contenu constituant).

    Pauvre peuple, soit disant si confu et flou, puis curieusement si précis et déterminé ! Comme c’est facile de faire dire au peuple ce qu’il ne dit pas !

    Voilà pourquoi il faut une assemblée élue pour ce mandat particulier.

  • Le 7 février 2008 à 18:25, par Fabien Cazenave En réponse à : Traité de Lisbonne, l’accord est trouvé sans les citoyens européens

    Je pense que nous nous retrouverons sur cette proposition d’Assemblée constituante avecun mandat précis. Peut-être sur celle d’un référendum paneuropéen aussi ?

  • Le 7 février 2008 à 23:49, par gana En réponse à : Traité de Lisbonne, l’accord est trouvé sans les citoyens européens

    Merci pour la propagande UMP, très constructif ici !

    Qui a écris ce « mini traité » Ce n’est pas aux pouvoirs existants qu’il revient d’organiser la séparation des pouvoirs, c’est à dire d’ecrire la constitution. J’ajoute donc que l’ecriture des parties qui confère ou modifie des pouvoirs constituants, devraient aussi être confiée à une assemblée élue pour ce mandat précis.

  • Le 8 février 2008 à 10:27, par Fabien Cazenave En réponse à : Traité de Lisbonne, l’accord est trouvé sans les citoyens européens

    Ne tombez pas dans la propagande des médias français : ce traité n’est pas le fruit que de Sarko !

    Merci de ne pas oublier que les Allemands ont aussi beaucoup fait en plus des Portugais pour que ce traité voit le jour…

    Mais ça, ça demande d’aller voir au-delà de nos frontières.

  • Le 9 février 2008 à 07:59, par ? En réponse à : Traité de Lisbonne, l’accord est trouvé sans les citoyens européens

    Quelques oligarques = les peuples allemands et portugais ? Je me fais une bien meilleure idée de ces peuples !

    Aller voir au dela de la France ? C’est ce que je fais, des amis espagnol m’ont remercié en tant que français de notre non en 2005, car chez eux, la campagne avait été plutôt expéditive... des allemands aussi, parce que eux étaient passé par la case parlement, sans qu’une assemblée particulière n’ait été élue pour ratifier.

    Aller voir au delà de nos frontières, c’est aussi voir qu’il n’y a pas que nous français qui soyons sidérés du rapt de notre souveraineté. Vous semblez ne voir en vos détracteur que des gens renfermés sur eux-mêmes. Vous rendez vous compte à quel point ce préjugé pourrait agacer vos interlocuteurs et vous les mettre à dos au point qu’ils n’écoutent plus les arguments plus constructifs que vous pourriez produire ?

  • Le 9 février 2008 à 08:26, par Fabien Cazenave En réponse à : Traité de Lisbonne, l’accord est trouvé sans les citoyens européens

    Cher anonyme, oui il y a des gens qui sont contre le TCE et le traité de Lisbonne de toutes nationalités. Mais inversement. C’est pour cela que vous serez d’accord pour dire qu’un votre paneuropéen aurait été la meilleure chose.

    Cela ne garantit pas pour autant le résultat : sur ce site, vous trouverez de nombreux articles qui font le constat de la montée des extrêmes et des populismes en Europe.

    Et vous savez, moi aussi j’ai des amis européens qui m’ont demandé comment c’était possible avec un texte aussi favorable à l’Europe politique qu’il y ait eu un référendum perdu...  ;-)

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom