Présidentielle 2007 et Europe

Au sujet du Pacte présidentiel d’EuropaNova et de la réponse du candidat Sarkozy

, par David Soldini

Au sujet du Pacte présidentiel d'EuropaNova et de la réponse du candidat Sarkozy

Europa Nova (www.europanova.eu), association pro-européenne, a récemment envoyé un questionnaire aux candidats à l’élection présidentielle. Il s’agissait de s’inscrire dans une logique de « pacte » et Europanova proposait donc aux candidats de s’engager sur un certain nombre de propositions. Vous trouverez les propositions et les réponses complètes sur le site de cette association ainsi que sur le site du Taurillon.

Parmi les propositions, l’élection au suffrage universel direct d’un président européen. Personnellement, je suis très sceptique quant à l’opportunité d’une telle mesure, mais ce n’est pas là le point que je souhaitais aborder. Les réponses des deux candidats sont finalement assez symptomatique de la façon de procéder des deux camps.

Ségolène Royal répond longuement en expliquant qu’elle est favorable à l’institution d’une présidence stable du Conseil européen sur le modèle imaginé par le Traité Constitutionnel Européen, c’est à dire sans élection directe. Elle ne peut donc pas souscrire à la proposition d’Europanova. Nicolas Sarkozy répond lui beaucoup plus laconiquement en expliquant :

"Si je suis élu, ma première initiative sera de prendre contact avec Angela Merkel pour présenter nos propositions d’élaboration d’un traité simplifié, reprenant notamment l’élection d’un Président du Conseil européen, les pouvoirs législatifs et budgétaires du Parlement de Strasbourg, la généralisation du vote à la majorité qualifiée, ainsi que la transposition des valeurs contenues dans la Charte des droits fondamentaux"

Il apparaît dès lors évident, à la lecture de cette seule réponse, que le candidat de la droite ne souscrit pas à l’idée d’une élection du président au suffrage universel direct mais propose la même solution que Ségolène Royal. Or, malgré cette affirmation claire, le candidat affirme que cette déclaration répond à l’ensemble des propositions d’EuropaNova. Cela est évidemment totalement faux.

En outre, au sujet de la Charte des droits fondamentaux, M. Sarkozy ne prévoit pas qu’elle acquiert une valeur contraignante mais que le mystérieux mini-traité transpose « les valeurs de la charte ». Une telle affirmation ne saurait être interprétée comme une réponse à la proposition d’EuropaNova. En effet, les valeurs de la dite Charte sont en réalité des valeurs qui sous-tendent l’ensemble de la construction européenne. Réaffirmer ces valeurs et rendre un texte juridique précis contraignant sont deux choses bien différentes et il est étonnant qu’une telle formulation n’ait suscité aucune réaction de la part de ceux qui ont proposé le Pacte.

Ainsi, par un joli tour de passe passe, le président de l’UMP voudrait faire croire que son programme serait plus européen que celui de la candidate de gauche. Cette façon de procéder est hautement critiquable car elle fait preuve d’une volonté de dire une chose et son contraire et donc de plaire aux uns, sans heurter les susceptibilité des autres, tout en se gardant bien de prendre un quelconque engagement précis.

Enfin, il est permis d’exprimer de sérieux doutes quant à la démarche elle-même. En effet, il est relativement surprenant, connaissant la richesse du tissu associatif européen en France et les excellentes ramifications d’EuropaNova de constater que cette initiative a été réalisée en catimini, sans associer d’autres organisations.

L’interprétation très partiale dont EuropaNova a fait preuve à la lecture des résultats et le manque de discernement et d’esprit critique de la part d’une association qui se proclame indépendante et qui affirme oeuvrer pour la construction d’une Europe politique explique sans doute en partie cette volonté de parler au nom d’une société civile européenne sans pour autant se soucier de la consulter.

La moindre des choses eut été de réagir de façon critique aux réponses des deux candidats, sans parti pris et sans a priori. La propension des organisations pro-européenne à ne pas vouloir prendre au sérieux leur indépendance vis à vis des partis politiques apparaît encore une fois comme une limite sérieuse à la crédibilité de ces mêmes organisations et de leur combat.

Illustration : point d’interrogation issu de la banque de données de Wikicommons.

Vos commentaires

  • Le 2 mai 2007 à 08:25, par Valéry En réponse à : Au sujet du Pacte présidentiel d’EuropaNova et de la réponse du candidat Sarkozy

    Au moins Nicolas Hulot, les Verts adhéraient à son pacte... EuropaNova consiste en un petit groupes de personnes qui mettent en oeuvre des événements fort intéressants et prennent de bonnes initiatives comme la rencontre de Lille mais qui ne représentent pas et de loin les militants pro-européens. Le Mouvement européen et Sauvons l’Europe pour commencer ont bien plus d’adhérents, par exemple.

    Toujours est-il que ces organisations n’ont pas été en mesure d’interpeler les candidats sur le fond, sinon pour les appeler à parler d’Europe dans la campagne. Sauvons l’Europe a pris néanmoins aussi la peine de rappeler ses exigences en ce qui concerne les orientations à prendre. Il reste que l’initiative, si elle aurait gagnée à être interassociative, a le mérite d’exister, et de nous donner l’occasion d’examiner une réponse des candidats sur ce thème, même si certaines propositions sont critiquables sur le fond.

    Les réponses n’impliquent évidemment pas un label « pro-européen » et l’on sait bien que dans la campagne les thèmes identitaires nationalistes, la désinformation sur l’euro ou sur la TVA ont été plus présentes d’un côté que de l’autre.

  • Le 2 mai 2007 à 09:53, par ? En réponse à : Réponse à David Soldini

    David,

    1. Notre rôle est de rendre public les réponses des candidats pour que les citoyens puissent se faire eux-mêmes leur opinion et réagir, ce que tu fais. M. Sarkozy nous dit s’engager à promouvoir l’ensemble des engagements du Pacte européen, nous n’allons pas lui faire de procès d’intention a priori. De même pour Madame Royal, elle est en droit de ne pas ratifier toutes nos propostions, elle va parfois au-delà en brisant le tabou du 1% communautaire, ce dont nous nous réjouissons.

    2. Je me permets également de rappeler que nous sommes attachés, d’ailleurs avec le Mouvement européen et Notre Europe, aux démarches collectives. Quand, en octobre, nous avons seuls au départ pris le risque de l’organisation et du financement des Etats Généraux de Lille qui ont au final rassemblé plus de 4O partenaires et plus de 3000 participants, personne n’y croyait. Avant le succès des Etats Généraux, toutes les organisations étaient sceptiques sur la faisabilité d’une telle opération et personne ne voulait se mouiller financièrement. Heureusement Sylvie Goulard a dès sa nomination en décembre fait le pari de les organiser avec nous ainsi que Gaetane Ricard-Nihoul qui a mobilisé au delà du possible Notre Europe.

    3. Il est injuste de nous faire un procès d’intention sur le caractère individuel de telle ou telle démarche. Au demeurant, jamais les Jeunes européens ne nous ont jusqu’à présent proposé aucune démarche collective, nous les avons associé avec la plus grande satsifaction aux grands débats réferendaires que nous avons organisés avec VGE, DSK, Raffarin... sans pour autant que nous attendions quoi que ce soit en retour. Et c’est normal, on n’est pas dans une logique de donnant donnant. Nous respectons que chaque organisation ait sa propre logique et ses propres initiatives qui contribuent à son identité et à sa spécificité.

    Au demeurant, de nombreuses organisations européennes ont sollicité individuellement les candidats par courrier ou rencontre, il se trouve que nous, nous publions les réponses. C’est quand même un comble de se faire critiquer parce qu’on est transparent. Si cela peut faire un peu de buzz médiatique sur l’Europe, la grande oubliée de la campagne, tant mieux ! c’est l’objectif.

    Sur le pacte européen, nous souhaitions lancer le débat sur des propositions fortes à nos yeux et auxquelles nous croyons mais qui n’auraient pas fait collectivement consensus dans un déali ultra-serré.

    En revanche, là où consensus va de soi, nous nous engageons. Ainsi , nous avons adressé aux candidats avec le MEF et Notre Europe de manière collective les synthèses des Etats Généraux qui sont le résultat d’un travail collectif consensuel. Ces synthèses visent moins à obtenir la position des candidats sur un point précis que tester leur véritable conviction européenne, et c’est à mon sens essentiel.

    Pour information, Ségolène Royal vient d’adresser sa réponse aux organisateurs, dense au demeurant, ce dont nous nous réjouissons. Elle sera rendue publique incessamment.

    4. Enfin, nous serions ravis d’avoir ton opinion sur le pacte européen, avec quelle propostion es-tu d’accord ? irais-tu plus loin ?...

    J’en profite pour saluer le travail remarquable du taurillon et de sa rédaction.

    Amitiés européennes

    Guillaume Klossa pour EuropaNova.

  • Le 2 mai 2007 à 11:16, par David Soldini En réponse à : Réponse à Guillaume Klossa

    Guillaume,

    ma critique porte sur deux aspects. Le premier, et le plus important à mon sens, est le traitement partial des réponses. Je réitère ce que j’ai écrit dans mon article : il n’apparaît nulle part que M. Sarkozy accepte pleinement les proposition d’Europa Nova. Les réponses aux propositions sur l’élection du président de l’Union et sur la valeur contraignante de la Charte vont même dans un sens contraire à ce que propose Europa Nova puisque sur le premier point Sarkozy propose la même chose que Royal (à savoir reprendre les dispositions du TCE) et sur la Charte il propose un texte qui « reprenne les valeurs ». Dés lors, et malgré le fait qu’il aimerai bien pouvoir dire qu’il souscrit aux propositions, il apparaît évident que cela n’est pas le cas et Europa Nova aurait du le signaler plutôt que de jouer au béni oui oui.

    Il est même possible d’aller plus loin en signalant l’effort sérieux de l’équipe de Mme Royal qui s’efforce de répondre avec précision et point par point aux propositions, sans aucune ambiguïté alors que M. Sarkozy se borne à envoyer un petit paragraphe laconique qui dit tout et son contraire (c’est à dire : je souscris au pacte mais en fait je propose autre chose).

    Dès lors je trouve que la réaction d’Europa Nova est très surprenante car elle entérine une démarche qui ne me parait pas du tout constructive en donnant son blanc seing à une déclaration pour le moins ambiguë et en la mettant sur le même plan qu’un véritable travail de présentation et d’explication de propositions sérieuses et précises.

    Sur le caractère très individuel de la démarche, tu rappelles l’évènement de Lille. Et bien, c’est justement parce qu’Europa Nova a participé très activement à cette belle réunion que l’individualisme de la démarche actuelle est surprenant. Europa Nova aurait été une petite association, isolée, je n’aurai jamais formulé un tel reproche. Mais connaissant justement la capacité d’agrégation dont fait généralement preuve Europa Nova je ne peux qu’être surpris par cette démarche individuelle.

    Tu fais de façon assez surprenante le reproche aux Jeunes européens de ne pas associer Europa Nova aux démarches collectives. Tout d’abord, il est juste de signaler que si je suis membre des JE F je ne fais plus partie de leurs instances dirigeantes et suis désormais actif au sein de l’UEF France. Il est dès lors injuste de les associer à mon nom mais tu ne pouvais sans doute pas le savoir. Néanmoins, je trouve que tu as la mémoire bien courte. Il me semble que les JE F, malgré leur faibles moyens et leur caractère « jeune » ont été la seule organisation à proposer pendant le référendum une plateforme associative sérieuse, Ensemble pour le oui, à laquelle il me semble qu’Europa Nova a participé. Suite à l’échec du référendum nous avons essayé de transformer sans réel succès cette plateforme en Ensemble pour l’Europe, à laquelle n’a pas souscrit Europa Nova bien que vous ayez été invité à le faire. Dès lors je ne comprends pas vraiment cette remarque et je laisse aux instances dirigeantes des Jeunes européens le soin de répondre de façon plus approfondie à cette critique pour le moins injustifiée.

    Enfin, les JE France ainsi que l’UEF France sont en train de préparer une campagne pour le référendum paneuropéen à laquelle peut être Europa Nova voudra se joindre puisque généralement toute les campagnes externes menées par ces associations sont justement à vocation collective.

    Quant à ce que je pense sur le fond du questionnaire. Je suis assez d’accord avec ces propositions, à l’exception peut être de celle sur la présidence élue qui me parait être une mesure franco-française qui ne servirait pas vraiment la cause européenne. Je pense également que demander la suppression du droit de veto tout en prévoyant son maintient dans les domaines essentiels, comme la fiscalité ou les questions sociales ne changerai pas grand chose à l’état actuel des choses. Enfin, je suis assez surpris de ne pas y voir figurer les trois aspects les plus importants sur lesquels les candidats se sont peu exprimé ou ont été très laconique : la création d’une véritable politique étrangère et donc d’un ministre des affaires étrangères ; la question de la politique énergétique, qui doit être résolue au plus vite, et qui doit faire l’objet d’une politique européenne ambitieuse ; et enfin, la méthode pour relancer l’Union : convention, conférence intergouvernementale, ratification nationale ou européenne, pouvoir constituant transféré au niveau européen, etc, etc... Le véritable clivage se situe à ce niveau là. Un clivage qui va au delà du clivage désormais vide de sens entre les proeuropéens et les autres et qui permet de distinguer ceux qui veulent à terme faire de l’Europe une véritable Fédération, c’est à dire une organisation politique démocratique, capable d’agir dans le monde, et ceux qui se contentent d’une Europe de la coopération entre Etats, c’est à dire une Europe fonctionnant comme une organisation internationale améliorée, peu démocratique et peu efficace. A la lecture des deux réponses, j’ai du mal à savoir qui se situe dans un camp et qui dans l’autre.

    Cordialement,

    David

  • Le 2 mai 2007 à 12:03, par Fabien Cazenave En réponse à : Au sujet du Pacte présidentiel d’EuropaNova et de la réponse du candidat Sarkozy

    Vxl,

    Au cas où tu ne le verrais pas, il n’y a pas que Sauvons l’Europe qui ait signé ce texte... Les Jeunes Européens France l’ont fait (tu verras le nom de Pauline Gessant, notre Présidente), ainsi que l’ARRI, la CFDT et plein d’autres organisations.

    Cette plateforme a été l’une des occasions d’interpellations des candidats durant cette campagne.

    D’ailleurs, nous nous sommes faits sur le Taurillon le relais au maximum de ces initiatives :
    - le texte d’interpellation a été publié par deux fois dans nos colonnes.
    - le Grand Jury Européen rassemblant les grandes Ecoles et les Universités parisiennes a été suivi par le Taurillon plusieurs fois.
    - les Jeunes Européens France ont dit leur insatisfaction de la campagne par une résolution de notre association publiée dans la semaine du premier tour.
    - les Etats Généraux sur l’Europe ont été suivi par le Taurillon et ont réuni plein d’associations pro européennes.
    - le pacte européen proposé par Europanova dont les réponses ont été diffusées lundi + la proposition de Guillaume Klossa aujourd’hui.

    Beaucoup d’initiatives longues à mettre en place et que les « grands » candidats n’ont pas relayées en leur répondant et en en faisant un thème de campagne important.

    A nous, société civile européenne de nous mobiliser encore plus... et encore plus ensemble.

  • Le 5 mai 2007 à 12:27, par Kevin En réponse à : Réponse à Guillaume Klossa

    David, après lecture des deux réponses apportées par les candidats, je tiens à te dire que je suis tout à fait d’accord avec ton article.

    S. Royal propose la fin du principe de l’unanimité et donc la remise en cause du compromis de Luxembourg, tout comme le JEF. Lors du débat de mercredi, N. Sarkozy a lui réaffirmé son attachement à ce compromis.

    Elle annonce la remise en cause de la PAC (contrairement à N. Sarkozy) Elle réaffirme sa volonté d’un protocole sociale en détaillant un peu plus son contenu (contrairement à N. Sarkozy) Elle souligne qu’elle compte mettre en place des fillières bilingues d’enseignement et tripler le budget d’Erasmus (!).

    Elle déclare également : « je soutiens l’objectif ultime de la mise en place d’un impôt européen ».

    Elle propose un ministre des finances de la zone euro sur le modèle du ministre des affaires étrangères européen.

    Elle indique clairement vouloir dépasser les 1% de PIB pour le budget communautaire. Elle indique enfin que le référendum sur le nouveau traité aurait lieu en même temps que les élections des députés européens (le 14 juin 2009), précision qui à ma connaissance n’avait pas été rendue publique.

    C’est une européenne très convaincue que j’ai retrouvé dans sa réponse, et j’avoue ne pas m’y être à ce point attendu.

    Plutôt que de mettre en avant le désaccord sur deux points de leur questionnaire personnel, europanova aurait pu saisir ce « scoop » pour mettre en avant l’Europe dans la campagne à quelques jours du scrutin. Je rappelle que la candidate avait été extrêmement laconique sur la question européenne (du fait de son devoir de synthèse entre nonistes et ouiistes), et que vous tenez là quelques éléments que je n’avais pour ma part j’avais vu ni dans la presse, ni dans ses discours. Il ne fait nul doute pour moi que la réaction courroucée de Guillaume Klossa cache mal un avis partisan (que je reconnais entièrement pour ma part).

    PS : Il est sûrement trop tard pour contribuer à une « médiatisation » de ces propositions. Peut-être devriez-vous tout de même contacter la presse francophone étrangère, non soumise aux règles de fin de campagne.

  • Le 17 mai 2007 à 04:26, par Joelle En réponse à : Réponse à David Soldini et Guillaume Klossa

    J’ai lu vos réactions. J’ai lu les réactions des candidats, je n’en retiens qu’une chose, c’est que cela aura un peu permis de faire du buzz sur l’Europe pendant la campagne. Bravo à EuropaNova d’avoir réussi à les interpeller, obtenu leurs réactions et médiatiser l’opération, j’en ai entendu parler sur Inter, le Figaro, Marianne. Je n’en ai vu aucune autre qui ait eu pareil impact. ça aura permis un minimum à l’Europe de vivre dans le débat et c’est beaucoup. Bravo au Taurillon d’avoir relayé l’opération.

    J’ai regardé en revanche en détail les réponses des candidats.

    Sarko dit pleinement souscrire à tous les engagements du pacte. Il ne dit d’ailleurs par grand chose de plus ni de contridictoire. On peut le regretter ou s’en réjouir, mais on ne peut pas en dire beaucoup plus. Souscrire, c’est souscire, rappeler vous des réactions au pacte de Nicolas Hulot. Le reste après, on s’en fout un peu.

    En revanche, Ségolène Royal ne dit nulle part qu’elle souscrit. Elle répond certes longuement, pas toujours clairement. C’est intéressant, mais je trouve EuropaNova indulgent à l’égard de S. Royal quand il dit qu’elle souscrit ; il doit prendre ses rêves pour des réalités. De même que ceux qui s’extasient David Soldini en tête de la réaction de Ségolène Royal.

    Quoi qu’il en soit, cette affaire ne mérite pas une polémique sur le Taurillon. Unissez-vous les gars au lieu de perdre du temps à vous disputer sur ce site, l’Europe c’est un grand sujet qui dépasse les hommes et les partis ; j’espère au moins que vous vous connaissez personnellement. Pour l’Europe, il faut rassembler ses forces. Je suis en tout cas convaincu que la polémique ici, c’est juste une affaire de campagne électorale ; les réactions sont trop vives au regard de l’enjeu...

  • Le 19 mai 2007 à 11:22, par David En réponse à : Réponse à David Soldini et Guillaume Klossa

    Madame,

    je trouve surprenante votre réponse. Vous dites avoir regardé en détail les réponses. La première chose évidente est que vous avez du passer moins de une minute trente à lire le petit paragraphe de Sarkozy et beaucoup de temps à lire la contribution de Royal.

    En revanche, vous devez être particulièrement peu critique si vous considérez que la réponse de Sarkozy répond aux exigences du Pacte puisque comme je le note dans l’article, ce n’est clairement pas le cas.

    Ce n’est guère un problème de mon point de vue, puisque je ne suis pas convaincu que le Pacte en question était si pertinent, notamment en ce qui concenrne l’election d’un président, dont l’Europe peut bien se passer.

    Vous relirez, si vous en avez le temps et l’envie, l’article pour constater que personne ne s’extasie devant Royal, celle ci ayant été l’objet de plusieurs critiques assez dures sur ce même webzine, comme vous avez pu en être témoin si vous êtes une lectrice régulière. Je vous renvoie également à mon blog pour comprendre la nature de mon engagement politique qui n’est ni de gauche ni de droite, mais clairement fédéraliste. Maintenant, ce que je déplore et regrette c’est que vous faites la même erreur qu’Europanova. Vous partez d’une position politique prédéfinie pour ensuite faire croire que vous êtes neutre et critique. Je n’ai rien contre le fait que des partis politiques se dotent de thinktank ou autre groupe de reflexion. Par contre, je trouve très discutable qu’une association se proclame neutre pour ensuite agir de façon partisane. C’est clairement ce que fait EuropeNova.

    Je trouve d’ailleurs très bien ce qu’ils font la plupart du temps, mais je pense que le débat gagnerait en clarté s’ils affichaient plus clairement la couleur. La plupart des membres d’Europa Nova sont membres d’organisations clairement proche de l’UMP (la fondation pour l’innovation politique en tête), ce n’est guère honteux, mais ça mérite d’être dit.

    Encore une fois, je le répète, je trouve ça très bien que des jeunes gens dynamiques s’investissent corps et ames en poltiique, mais je pense que lorsqu’on le fait il faut un minimum d’éthique. Pour ma part, et je parle également au nom des associations au sein desquelles j’ai été actif, j’ai toujours agis avec une grande indépendance et je me suis toujours positionné comme tel. C’est pour cette même raison que je trouve assez malplacée votre remarque sur ma soit-disant capacité extatique. Puisque vous affirmez dans le vent, à l’instar de ceux que vous aimeriez défendre, je vous demanderez madame, dans un souci d’objectivité de bien vouloir me citer les passages qui vous semble dénoter une forme quelconque d’extase à la lecture des propos de Royal. Ou alors dois je en conclure que vous lisez mes propos de la même manière que les réponses des deux feu candidats, à savoir superficiellement et en abandonnant tout esprit critique pour vous complaire dans une confortable opinion toute faite.

    Cordialement,

    David Soldini

  • Le 20 juin 2007 à 10:55, par david En réponse à : CQFD...

    Vous trouverez une petite note, suite à la nomination de Guillaume Klossa aurpès de Jouyet, sur mon blog...

    http://federationeuropeenne.blogspot.com/2007/06/cqfd.html

    Il s’agit simplement de souligner ce que je pressentais dans mon article critique sur la démarche d’EuropaNova. Ce qui devait arriver est arrivé... Comme disait l’autre, rien de nouveau...

    amicalement,

    David

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom