Libye

Déjà 8 ans pour les infirmières bulgares !

Elles et le médecin palestinien vivent depuis un enfer en Libye.

, par Fabien Cazenave

Déjà 8 ans pour les infirmières bulgares !

Cela fait maintenant 8 ans que des infirmières bulgares et un médecin palestinien sont accusés d’avoir innoculé le sida à des enfants dans un hôpital de Libye. Malgré la démonstration de leur innocence de manière scientifique, ils ont été condamnés à mort en décembre 2006.

Le Taurillon se mobilise pour donner la parole à Thierry Vernet du Collectif Sibel. Des associations s’y sont regroupées pour soutenir ces citoyennes de l’Union européenne et ce Palestinien. Voici ce qu’ils ont à nous dire.

Pouvez-vous nous dire en quoi cette date du 9 février est symbolique et où en est le sort des infirmières bulgares et du médecin palestinien ?

Collectif Sibel : Cette date du 9 février est symbolique puisqu’elle correspond à la date tristement « anniversaire » de l’arrestation des soignants étranger en 1999 lorsque le Colonel Kadhafi a accusé l’occident et plus particulièrement les services secrets que sont la CIA et le Mossad d’avoir importé le virus du Sida en Libye et de l’avoir fait inoculé à des enfants innocents par les infirmières bulgares qui travaillaient à l’hôpital pédiatrique de Benghazi. Le docteur palestinien aurait été selon le « Guide », la personne qui aurait été utilisée pour introduire le virus en Libye.

Cette date du 9 février est donc devenue au fil des ans le symbole du temps qui passe et qui chaque vole un peu plus de vie à ses innocents qui ne l’oublions pas étaient venus là pour apporter leur contribution au système de santé Libyen.

A ce jour, ils sont tous les 6 sous le coup d’une condamnation à mort pour empoisonnement et pour avoir tué des enfants innocents alors que les plus grands scientifiques du monde entier ont depuis lors démontré que le virus était présent en Libye bien avant leur arrivée et que la propagation de celui ci n’était dû qu’au seul manque d’hygiène qui régnait dans les services de l’hôpital.

Où en est la mobilisation en France et dans le reste de l’Europe ?

CS : La mobilisation en France et en Europe est enfin en train de sembler se mettre en place. Tout d’abord en Bulgarie où la condamnation à mort prononcée le 19 décembre 2006 a scandalisé la population, ce qui a permit aux médias de se mobiliser et d’accompagner ce sentiment de frustration de l’ensemble de la population. C’est ainsi qu’est née le ruban « Ne ste stami » (« Vous n’êtes pas seuls ») que le collectif SIBEL, en étroite collaboration avec le quotidien bulgare STANDART, à importé et essaye de faire connaître en France.

La France à déjà beaucoup oeuvré dans la recherche d’une solution qui aboutirait à la libération des accusés. Aujourd’hui, Monsieur Dominique de Villepin, lors de son séjour à Sofia la semaine dernière a appelé l’Union Européenne à se saisir de ce dossier et notamment lors du Conseil des Ministres des Affaires Étrangères qui doit avoir lieu la semaine prochaine.

Y a-t-il une pression commune exercée par les différents gouvernements européens depuis le début de l’affaire ou non ?

CS : Jusqu’à aujourd’hui il faut bien avoué que les différents gouvernements ont oeuvré plus ou moins en concertation. La France et l’ Italie ont beaucoup fait dans l’accueil des enfants malades ainsi que leurs parents dans les hôpitaux français et italiens. Un groupe de discussion international à été depuis plusieurs mois déjà mis en place mais l’accession de la Bulgarie à l’ Union Européenne est en train de changer la donne.

Les infirmières sont maintenant des citoyennes européennes de plein droit et l’Europe ne pourra pas faire l’impasse sur le problème.

Pensez-vous que l’Europe pourrait mieux faire pression avec une diplomatie commune ?

CS : Il est évident que l’on est plus fort lorsque l’on représente 27 pays que lorsque l’on ne représente que soit même. C’est cette même évidence qui nous a amené à mettre en route ce collectif qui regroupe à ce jour prés de 25 associations ou personnes morales et plus de 200 personnes physiques.

Nous nouons également des contact à Londres et à Bruxelle, capitales de deux pays très actifs au niveau des opinions publiques dans le soutien aux condamnés et nous espérons fédérer toutes ces forces au niveau européen pour que le drame se jouant dans les geôles Libyenne depuis maintenant plus de 8 ans trouve un dénouement rapide.

Il faut que ces femmes et cet homme, dont les vies sont de toutes façons déjà détruites, puissent enfin rentrer chez eux et retrouver leurs proches.

Rappel des faits :

Huit ans de procédures, des accusations qui varient, pas de preuves matérielles et des preuves scientifiques qui les innocentent, tel est le résumé en substance de cette farce tragique.

Le mardi 19 décembre 2006, les cinq infirmières bulgares (Valia Tcherveniachka travaillant en Libye depuis 1984, Kristiana Valcheva travaillant depuis 1991 dans les hopitaux Libyens avec son mari le docteur Guéorgiev, Nassia Nenova, Valentina Siropoulo, Snejana Dimitrova, embauchées àl’hôpital de Benghazi en 1998) et le médecin palestinien Ashraf Juma, sont condamnés à mort pour avoir contaminé sciemment 426 enfants, dont une cinquantaine sont morts, avec le virus du sida, lors d’un second procès ordonné par la cour d’appel de Tripoli.

Reprenons depuis le début, dans les années 1990, la Bulgarie entretient d’excellents rapports avec la Libye et de nombreux coopérants bulgares y travaillent dans différents secteurs. C’est notamment le cas dans le secteur de la santé et c’est pourquoi, Valia Cherveniachka, Nassya Nenova, Valentina Siropulo, Snejana Dimitrova et Kristiana Gueorguiev exercent leur métier d’infirmières à l’hôpital pédiatrique Al-Fateh de Benghazi.

Durant l’été 1998, des cas d’enfants atteints du sida sont signalés à l’hôpital de Benghazi. Dans un pays islamique qui jusque-là prétendait être épargné par le sida, la recherche de boucs émissaires pour dédouaner les autorités est vite lancée. Des suspects étrangers et libyens sont alors arrêtés puis certains seront mis hors de cause. Au final, cinq infirmières bulgares, un médecin bulgare et un médecin palestinien sont arrêtés, soupçonnés d’avoir contaminé 426 enfants.

Lors du premier procès qui débute en février 2000 devant la Cour populaire de Benghazi, celle-ci ne voit pas de preuves des accusations de complot contre l’état. Le juge déclare que la Cour populaire n’est pas compétente dans ce cas. (La Cour populaire est la première des trois instances dans le système judiciaire de Libye.) La base du procès est les aveux de quelques accusés (dont on apprendra plus tard qu’ils ont été obtenus sous la torture) et la supposition du chef de l’État Mouammar Kadhafi que les accusés ont travaillé pour la CIA et le Mossad. L’affaire est donc renvoyée devant la Cour criminelle de Benghazi.

En juillet 2003, un premier procès s’ouvre devant la Cour criminelle de Benghazi. La Libye retire les accusations d’association de complot pour la CIA et le Mossad et fait de nouvelles accusations de tests illégaux de médicaments et de contamination avec le VIH. Les experts Luc Montagnier (de l’Institut Pasteur, découvreur du virus du SIDA) et Vittorio Colizzi ont été appelés pour donner leurs avis. D’après eux, l’infection à Al-Fatih est causée par la mauvaise hygiène et a commencé entre 1994 et 1997, c.-à-d. avant que les accusés ne soient embauchés.

Le 6 mai 2004, la Cour criminelle de Benghazi condamne à la peine capitale Kristiana Valtchéva, Nassia Nénova, Valéntina Siropoulo, Valia Tchérveniachka, Snéjana Dimitrova et Ashraf al-Hadjudj pour avoir délibérément contaminé plus de 400 enfants libyens avec le HIV. Le docteur Guéorgiev est condamné à 4 ans de prison, amende et retrait des droits civils pour possession et vente illégale de devises étrangères. La cour condamne aussi les accusés de payer des indemnités aux parents (ou tuteurs) des enfants contaminés.

Les accusés font appel le 5 juillet 2004.

Le 25 décembre 2005, la Cour suprême de Tripoli accepte de rouvrir le procès. Celui-ci débutera en mai 2006. Durant l’été 2006, le procureur réclame la confirmation de la peine capitale contre les six accusés. La dernière audience a lieu en novembre. Les milieux scientifiques internationaux, convaincus de l’innocence des prévenus, multiplient les protestations, relayées par la communauté internationale. Pour les revues Science, The Lancet et Nature, l’accusation ne repose sur aucun fondement scientifique. 114 prix Nobel ont demandé une expertise internationale et le respect des droits de la défense. Verdict du 19 décembre 2006 : condamnation par la Cour suprême des cinq infirmières ainsi que du médecin palestinien à la peine capitale.

Les accusés feront appel devant la Cour suprême de Libye.

Source : Collectif Sibel

Illustration :

- le premier visuel de l’article est le ruban de soutien aux infirmières bulgares. Il émane à l’origine du quotidien Standard (merci à Bulgaria-France.net de la précision).
- la photographie représente les 6 condamnés à mort. Elle a été trouvée sur le site Abolition.fr
- photographie de Dominique de Villepin en Bulgarie, source : le site « You are not alone » du Standart en soutien aux infirmières.

A visiter : le site du Collectif Sibel

Sur le Taurillon :
- Des infirmières bugares condamnées à la peine de mort en Libye
- Libye, à suivre

Vos commentaires

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom