Média

Europe et médias, ça passe ou ça casse…

Témoignage d’une journaliste professionnelle passionnée par l’Europe

, par Catherine Verger

Europe et médias, ça passe ou ça casse…

Le Taurillon donne la parole à Catherine Verger, journaliste à « Zoom Europa », émission européenne d’Arte. Celle-ci nous livre son témoignage sur les relations entre journalistes et Europe. Au final, il est heureux que de voir combien les personnes concernées par le sujet dans cette profession sont en fait des passionnés.

45 minutes de reportages chaque semaine sur l’Europe … Des reportages courts sur des sujets variés, un regard croisé sur ce qui se passe chez nos voisins européens. Je travaille pour « Zoom Europa », une émission préparée par une rédaction franco-allemande. L’audience est marginale dans les deux pays et pourtant , j’ai l’impression de parler de choses concrètes et de raconter des histoires qu’on ne voit pas ailleurs.

Je m’interroge : pourquoi l’Europe et l’actualité européenne en général, ne font-elles pas recette ? Est-ce de la faute aux médias ?

Des Français relativement absents de Bruxelles

La France a 85 journalistes permanents accrédités à Bruxelles, dont une trentaine représentent des médias grand public. Les Français sont aussi nombreux que les Néerlandais mais beaucoup moins que les Allemands (150 journalistes permanents).

TF1 par exemple, n’a pas de correspondant sur place mais a le contact avec le journaliste de LCI, la chaîne info du groupe. Depuis 3 ans, Hugues Baudouin joue le rôle de transmetteur d’informations pour les équipes parisiennes. On l’appelle régulièrement des différents services –économie, sciences- pour lui demander des interviews de personnalités européennes. Hugues Baudouin résume ainsi ses relations avec ses collègues : « J’ai réussi à leur faire passer le message : Bruxelles est un lieu de pouvoir qu’on ne peut pas ignorer »

Le blog de Jean Quatremer

Vue de Paris, l’information européenne est souvent jugée « ennuyeuse, rébarbative, trop technique ». C’est Jean Quatremer qui le dit. Le correspondant à Bruxelles de Libération trouve normal de décrypter pour le grand public des institutions complexes. En colère après le non français au référendum sur la Constitution en 2005, il a éprouvé le besoin de créer un blog : « C’est un bon moyen de toucher des gens, de les interpeller, de dialoguer avec eux. J’ai découvert parmi mes lecteurs ce que j’appelle, la « secte des nonistes » ! Des gens qui sont unis par un point commun, la haine de l’Europe. Je ne soupçonnais pas l’existence de cette violence anti- européenne en écrivant dans Libé ».

Le traitement de l’actualité européenne dans les journaux : le grand écart

Les journalistes interrogés à Bruxelles et Paris sont unanimes : ce qui marche le mieux, c’est le reportage comparatif ! Henri Vernet du quotidien Le Parisien, prend un exemple. « Quand l’actualité en France porte sur le service minimum dans les transports, alors on intéressera nos lecteurs en leur racontant comment les Italiens ou les Espagnols gèrent le problème. »

Le Parisien n’a pas de page spécifiquement européenne. Contrairement au quotidien Le Monde, le média français de presse écrite qui a le plus de journalistes à Bruxelles : 4 personnes ! Le Monde se définit comme un journal traditionnellement pro-européen. La collaboration est étroite entre l’équipe de journalistes à Bruxelles et les correspondants du journal à l’étranger. Thomas Ferenczi admet modestement que même après 5 ans passés à Bruxelles, il ne considère toujours pas comme un expert européen !

L’Europe victime d’un déficit d’image

Malgré leur engagement, presque militant, pour décrypter les affaires européennes, les correspondants bruxellois l’admettent volontiers : l’Europe souffre d’un déficit d’image ! La classe politique française accuse souvent l’Union Européenne d’être responsable de tous les maux de la planète. Certes, à Paris, le secrétariat d’Etat aux affaires européennes fait des efforts pour que des élus visitent Bruxelles, Strasbourg ou Luxembourg. Mais il reste beaucoup à faire !

Les journalistes pointent aussi du doigt la responsabilité des enseignants : ils ne feraient pas leur travail pour initier leurs élèves à la citoyenneté européenne.

Le mot de la fin à un journaliste heureux de son job à Bruxelles. Quentin Dickinson, directeur des affaires européennes à Radio France. Il met en avant les 2.300 éléments sonores, envoyés l’an dernier à toutes les chaînes du groupe par les 7 journalistes de la rédaction. Il trouve passionnant de pouvoir toucher à tout : depuis la grande actualité internationale jusqu’à un sujet à priori plus léger, le calibrage des œufs de poule !

« Europe et médias, ça passe ou ça casse… »

Une conférence-débat est organisée ce jeudi 13 septembre à 20h15, 18 rue Falret à Vanves (préau école primaire Larmeroux).

Catherine Verger, journaliste à « Zoom Europa », émission européenne d’Arte, co-animera cette conférence avec Baudouin Bollaert (ancien correspondant du Figaro) et José Manuel Lamarque (France Inter).

Il y aura aussi des extraits d’interviews de correspondants à Bruxelles : Jean Quatremer ( Libération), Thomas Ferenczi (Le Monde), Quentin Dickinson (Radio France), Hugues Baudouin ( LCI). Interview à Paris d’Henri Vernet (Le Parisien).

Illustration : Andrey Veselovski, vice-ministre ukrainien des Affaires étrangères a rencontré Benita Ferrero-Waldner, membre de la CE chargée des Relations extérieures et de la Politique européenne de voisinage en mars 2007. Source : le site de la Commission.

Vos commentaires

  • Le 14 septembre 2007 à 12:21, par Ronan En réponse à : Europe et médias, ça passe ou ça casse…

    Les journalistes pointent aussi du doigt la responsabilité des enseignants : ils ne feraient pas leur travail pour initier leurs élèves à la citoyenneté européenne.

    Re : Enseignant moi-même, j’ai presque envie de dire : à chacun son boulot, que chacun fasse bien le sien (et de quoi je me mêles ?!).

    Pour faire plus nuancé, je me contenterai de constater que mes collègues manquent - effectivement - d’une formation continue adéquate (d’Education civique) sur les questions communautaire et sur l’actualité européenne.

    Et de renvoyer les lecteurs attentifs vers le document suivant : « Vingt-cinq propositions des Jeunes Européens-France pour un système éducatif français (plus) ouvert sur l’Europe » (résolution adoptée par les JE-France en novembre 2005).

  • Le 14 septembre 2007 à 14:09, par valéry En réponse à : Europe et médias, ça passe ou ça casse…

    En même temps on sait aussi que certains font délibérément l’impasse sur la question en raison de l’infiltration de l’extrême-gauche dans les écoles : http://www.taurillon.org/Propagande....

  • Le 14 septembre 2007 à 17:29, par Ronan En réponse à : Europe et médias, ça passe ou ça casse…

    Oui, j’en connais. De même que la plupart des grands journaux de la presse nationale française classent leurs infos européennes un petit peu partout (en rubrique « Internationale », en rubrique « France »...) mais surtout pas en rubrique « Europe »...

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom