Retour sur la 11ème édition des Rendez-vous de l’Histoire à Blois

Ayant pour thème : « Les Européens »

, par Laurent Nicolas

Retour sur la 11ème édition des Rendez-vous de l'Histoire à Blois

Du 9 au 12 Octobre dernier se tenait à Blois la 11e édition des Rendez-vous de l’Histoire. Cet événement est chaque année l’occasion pour les historiens d’apporter leurs éclairages sur un thème que l’on peut qualifier « de société », dans un esprit qui s’efforce de concilier rigueur scientifique et ouverture au grand public. Le thème 2008 ne pouvait nous laisser indifférent, l’édition étant intitulée « Les Européens ».

Ce thème audacieux, presque aventureux tant il est vaste, fut porté par des figures incontournables des débats européens, de Daniel Cohn-Bendit à Tzvetan Todorov en passant par Catherine Lalumière, Jacques Le Goff, et tant d’autres intellectuels, historiens, journalistes, personnalités politiques, qui sont intervenus tout au long des Rendez-vous.

Que pouvions-nous espérer de ces Rendez-vous 2008 ?

Pour juger, en tant que militant Jeune Européen, de ces Rendez-vous de l’Histoire, il fallait avoir une idée de ce que nous pouvions en attendre. Cet événement est avant tout une rencontre d’historiens, du chercheur au chroniqueur, de l’enseignant du primaire à l’universitaire. Nous étions à peu près certains de ne pas trouver à Blois de propositions partisanes sur la PAC ni de commentaires sur le dernier arrêt de la cour de justice des communautés européennes (CJCE). Les plus dogmatiques ont pu se plaindre du manque de teneur politique ou juridique des débats proposés, mais ces dimensions n’étaient tout simplement pas l’objet central des réflexions.

L’apport des Rendez-vous se trouvait autre part, dans la mise en perspective historique de débats d’actualité, comme l’euroméditerranée ou l’élargissement de l’Union, sur lesquels nous manquons généralement de recul. Nous devions donc espérer des intervenants qu’ils enrichissent notre réflexion de leur temporalité et qu’ils aiguisent nos points de vue par leur quête d’objectivité scientifique.

Pour l’Europe, contre l’européanisme

La variété des thèmes abordés lors des conférences et débats était un premier écho au titre « Les Européens », soulignant la pluralité des histoires européennes et des identités qui en résultent. Cette position est certainement le fil rouge intellectuel de ces Rendez-vous 2008, aux antipodes d’un essentialisme aveugle cherchant en tout point de l’Histoire ce qui serait, par nature, européen. En cela, les débats blésois sonnent comme un avertissement face à l’idéologie de l’européanisme.

Cette sorte d’extrémisme europhile, parfois latent dans nos propres discussions, s’acharne à fournir une lecture de l’histoire et de l’actualité en vue de justifier une construction européenne qui ne peut se faire, dans ces conditions, qu’au mépris des histoires et des actualités de tous les européens.

L’exigence d’une Europe qui prend du temps

En cela les Rendez-vous ont rempli leur rôle, prônant l’Europe contre l’européanisme, l’Europe tolérante, l’Europe respectueuse de toutes les temporalités européennes. A nous, Jeunes Européens convaincus et militants qui perdons patience et parfois confiance dans la construction politique de l’Europe, les historiens nous disent devoir apprendre à regarder cette construction comme quelque chose qui doit prend du temps. Et c’est en gardant cette condition à l’esprit que nos exigences d’Europe se feront plus pertinentes et constructives.

Les Rendez-vous toujours plus populaires ?

Les 11ème Rendez-vous de l’Histoire de Blois ont connu, cette année encore, une affluence inédite. Que ce soit pour les conférences, qui sont le pilier de cette manifestation, mais aussi dans les travées du salon du livre, lors des projections cinématographiques ou devant les nombreuses expositions préparées pour l’événement. Reste que si les files d’attente s’allongent d’année en année, elles se ressemblent toujours autant : on y trouve principalement des professeurs et des cadres, entre 30 et 50 ans, ou des retraités de professions similaires. Hormis la journée du vendredi pendant laquelle plusieurs classes, notamment de lycées, se déplacent pour assister aux débats, les Rendez-vous n’attirent pas les jeunes. On est loin de la « manifestation populaire » mise en avant par les organisateurs.

Et cela se retrouve également dans le choix des sites qui accueillent les différentes composantes des Rendez-vous : aucuns d’entre eux ne se situent dans les quartiers véritablement populaires de Blois. Le tout est concentré dans le centre ville, du Château à l’auditorium de la Halle aux Grains. Un simple bus-navette aurait pourtant suffit à relier d’autres quartiers au centre et ainsi permettre à d’autres publics de prendre part à ce bouillonnement intellectuel.

C’est Daniel Cohn-Bendit, président de cette onzième édition, qui a clôturé dimanche 12 Octobre, ces Rendez-vous de l’Histoire. Tout en déplorant la moindre dimension populaire de l’événement, on en retiendra néanmoins la qualité toujours renouvelée des échanges, soutenus par l’excellence et la diversité du casting des intervenants. La leçon d’Histoire 2008 nous incite à penser « Les Européens » et à faire l’Europe tout à la fois dans la tolérance, l’exigence et la patience : alors au travail !

Illustration : affiche officielle de ces 11e « Rendez-vous de l’Histoire ».

Mots-clés

Vos commentaires

  • Le 20 octobre 2008 à 16:07, par Jean-Jo En réponse à : Retour sur la 11ème édition des Rendez-vous de l’Histoire à Blois

    Je ne suis pas de Blois, aussi je ne me rends pas bien compte de la taille de cette ville (je n’ai pas vu de banlieu). Effectivement on peut regretter la faible présence de jeunes dans les lieux de réunion, en revanche j’ai rencontré plus d’habitants de Blois que d’enseignants d’histoire dans les réunions ayant un thème assez accessible pour un non spécialiste, donc les Rendez-vous de l’Histoire sont assez populaire. Quant aux transports, quand on ne vient pas d’Orléans, Tours ou Paris, c’est la croix et la bannière.

  • Le 21 octobre 2008 à 06:44, par Ronan En réponse à : Retour sur la 11ème édition des Rendez-vous de l’Histoire à Blois

    A noter, sur le même thème, et pour l’occasion de ces "Rendez-vous de l’Histoire de Blois 2008" : la parution d’un numéro spécial (n°41) de la revue mensuelle « l’Histoire » consacré aux "Européens, d’Hérodote à Erasmus".

    Où l’Historien ne s’éloigne pas trop de sa mission : se contenter de relater le passé, sans préchi précha moralisateur et sans trop chercher à en tirer quelque leçon édifiante (ce qui est effectivement davantage la mission du politique que de l’historien...).

    Où l’on retrouve également (pp. 60-65) une interview du géographe Michel Foucher à propos des frontières, créations "terriblement humaines" (sic). Avec le moins d’idéologie possible...

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom