Accueil > Opinions > « François Hollande doit transformer l’Union en puissance démocratique (...)

« François Hollande doit transformer l’Union en puissance démocratique continentale »

Interview de Guillaume Klossa d’Europanova

, par Fabien Cazenave

François Hollande vient de gagner l’élection présidentielle. Le Taurillon a interrogé Guillaume Klossa, président-fondateur d’Europanova, sur les défis auxquels le nouveau président de la République devra faire face.

© Matthieu Riegler, CC-BY

Auteurs

Le Taurillon : François Hollande est le nouveau président. Quels vont être ses prochains défis du point de vue européen ?

Guillaume Klossa : François Hollande a deux défis majeurs européens, l’un immédiat, la sortie de crise, l’autre à moyen long terme, la transformation de l’Union en puissance démocratique continentale. Le premier défi nécessite une réponse dans les semaines qui viennent : il s’agit de créer les conditions d’une sortie de crise durable. Cela passe par un nouveau pacte européen qui définisse une stratégie de croissance crédible à moyen / long terme pour l’Europe qui est absolument nécessaire au rétablissement de la confiance et au retour des investissements sur le vieux continent. Ce pacte doit compléter le pacte budgétaire. La faiblesse des perspectives de croissance européenne à moyen / long terme de l’Union européenne, largement inférieures à 2% pour la période 2011-2020 - alors qu’elles sont proches de 5% pour les grands pays émergents - contribue à une aggravation de la crise. Il faut rompre ce cercle vicieux en augmentant le potentiel de croissance de l’Union, ce qui passe par un accroissement de l’effort de R&D et d’innovation, une accélération de la mise en oeuvre du marché unique, une politique d’investissement sur des projets industriels d’intérêt européen commun, mais aussi le desserrement des contraintes à court terme comme la création de bons du trésor européens et l’étalement des modalités de retour à l’équilibre budgétaire de pays comme la Grèce, l’Espagne ou le Portugal.

Deuxième défi, la transformation de l’Europe en véritable puissance démocratique mondiale. Cela passe par une réponse aux propositions faites par Madame Merkel d’évolution progressive de l’Union vers une fédération européenne en février dernier dans huit grands quotidiens européens . Ces propositions sont partagées largement par les verts et les sociaux démocrates allemands mais aussi par Mario Monti ainsi que les premiers ministres belge et luxembourgeois.

Sur ce deuxième sujet, nous sommes en convergence avec Jacques Attali qui nous a demandé de signer un nouvel appel commun qui sera publié le 9 mai. Il a d’ailleurs signé celui qu’EuropaNova avait initié avec 40 jeunes décideurs et leaders d’opinion européens de tous horizons et qui a été publié dans huit grands quotidiens européens. Les assises du fédéralisme qui s’inscrivent dans le prolongement des Etats Généraux de l’Europe devraient permettre d’ouvrir un vrai débat en France sur le sujet. EuropaNova regarde avec une quinzaine de grands partenaires européens la possibilité de créer une nouvelle dynamique participative continentale avec un projet qui nous tient à coeur.

Le Taurillon : La campagne présidentielle a peu parlé d’Europe. N’est-ce pas inquiétant que les responsables politiques français ne prennent pas en compte la dimension européenne ?

Guillaume Klossa : Ce n’est pas nouveau et après chaque élection, les citoyens les plus européens du pays sont souvent déçus de l’insuffisante présence des sujets européens dans les débats présidentiels. En 2002 déjà, Michel Barnier signait dans Libération une tribune intitulée de mémoire « Europe, le grand silence ». L’élection présidentielle s’y prête peu. La plupart des enjeux politiques, économiques et sociaux auxquels nous sommes confrontés dépasse en fait le cadre de la nation qui n’est pas adapté aux nouveaux défis sociétaux, économiques et politiques. Tant qu’une vraie démocratie européenne ne sera pas en place, il y aura toujours ce sentiment de frustration que les sujets européens et d’intérêt général mondial sont trop peu traités dans les débats.

Le Taurillon : Quelles seront les marges de négociations qu’aura François Hollande avec ses partenaires européens pour ajouter de la croissance à l’austérité ?

Guillaume Klossa : D’abord, la France reste un partenaire indispensable pour sortir de la crise. François Hollande sera un partenaire indispensable d’Angela Merkel qui le recevra au plus vite. S’il veut parvenir à un accord sur un pacte de croissance, il doit rassurer l’Allemagne sur le respect des engagements du pacte budgétaire par la France et la mise en place d’une vraie politique de compétitivité. Il devra également répondre aux propositions faites par Madame Merkel sur une marche vers la fédération. A ces conditions, il aura une vraie marge de manoeuvre.

Le Taurillon : Vous êtes le créateur des Etats Généraux de l’Europe qui ont connu cette année leur quatrième édition. Quel bilan en tirez-vous au regard de cette campagne présidentielle ?

Guillaume Klossa : Nous avons dû faire preuve d’ingéniosité pour cette quatrième édition des Etats Généraux de l’Europe dont j’avais lancé l’idée en 2006. Les financements ont été beaucoup plus difficiles que pour les précédentes éditions et je souhaitais un renouvellement de la formule qui commence à dater et qui a perdu de son originalité dans la mesure où les forums Libération, NouvelsObs... ont largement repris le concept. Il nous fallait donc changer. J’ai donc proposé l’organisation de 3 mois de débats thématiques décentralisés qui ont pu être organisés par des associations - les Jeunes européens France ont d’ailleurs joué un rôle majeur - des syndicats, des écoles, des universités, des médias... C’est une forme beaucoup proche des gens - cela permet également de diversifier les formats de débats et surtout d’associer des acteurs locaux sur l’ensemble du territoire. Ces 3 mois ont abouti à une grande journée d’auditions des candidats à l’élection présidentielle sur le sujet européen le 10 mars dernier dans les locaux de SciencesPo Paris. J’en profite pour saluer la mémoire de Richard Descoings, un grand européen qui m’avait donné immédiatement son accord pour organiser les Etats généraux dans son institution quand je l’ai sollicité au printemps 2010, sans une question ni une hésitation. Ils ont créé le grand moment européen de la campagne et ont été bien médiatisés. Surtout ils ont conduit les deux candidats qui - contrairement à François Bayrou et Eva Joly - n’étaient pas venus en personne et s’étaient fait représentés respectivement par Alain Juppé et Elisabeth Guigou, à se pronconcer les jours suivants sur le sujet européen. Nicolas Sarkozy a pris position le 11 mars et François Hollande, le 18 mars au Cirque d’Hiver.

Un mot pour remercier Thomas Houdaille, secrétaire général d’EuropaNova, et Dominika Rutkowska-Falorni, secrétaire générale du Mouvement Européen - France qui ont été les chevilles ouvrières de cette quatrième édition et dire ma gratitude à tous nos partenaires. J’ai été également ravi de travailler avec Jean-Marie Cavada qui a été très actif dans l’organisation de ces Etats généraux et nous a proposé de co-organiser les assises du fédéralisme.

Partagez cet article

P.-S.

Guillaume Klossa, préside le think tank européen EuropaNova. Il est le créateur des Etats Généraux de l’Europe et du programme européen de jeunes leaders www.40under40.eu . Il a été conseiller du groupe de réflexion sur l’avenir de l’Europe au Conseil européen et préside le comité d’orientation de la mission Innover et produire en Europe. Il vient de publier « Europe, la dernière chance » chez Armand Colin (avec Jean-François Jamet).

Comment un think tank comme EuropaNova peut avoir une influence sur la sortie de crise ? Guillaume Klossa : Nous continuons à tenter comme nous le faisons depuis 7 ans d’apporter notre pierre de différentes manières : apporter des idées et bâtir des solutions de sortie de crise, créer des enceintes de réflexion, partager nos idées avec ceux qui sont en situation de décider ( EuropaNova a été lancé à la suite du 21 avril 2002, mais son activité en tant que think tank commence véritablement en 2005). Nous lançons des idées comme en 2009 l’idée d’un fonds monétaire européen, qui a abouti au fameux fonds de stabilité financière pour prévenir une crise des dettes souveraines (février 2009). Nous contribuons à des groupes de réflexion de haut niveau, nous avons contribué aux propositions du groupe de réflexion sur l’avenir de l’Europe qui dépendait du Conseil européen en travaillant notamment dès l’automne 2009 à l’idée d’une gouvernance économique européenne et d’une stratégie de croissance pour sortir de la crise. Nos membres participent à de très nombreux groupes de travail. En ce qui me concerne, je copréside depuis l’automne le comité d’orientation de la mission Innovation et production en Europe qui comprend notamment l’économiste Michel Aglietta, la négociatrice du traité de Lisbonne Maria Joao Rodrigues ou le Médaille Fields Cédric Villani. Cette mission a vocation à donner des pistes pour relancer l’industrie européenne et agir sur le potentiel de croissance européen. Nous organisons également des séminaires de haut niveau. Un séminaire visant à définir un contenu pour le pacte de croissance qui soit à la fois ambitieux et acceptable pour le plus grand nombre se tiendra d’ailleurs mercredi 9 mai à Bruxelles. Bien sûr, nous nous entretenons des relations avec différents leaders européens et les alimentons en idées.

Vos commentaires

  • Le 7 mai 2012 à 18:29, par ? En réponse à : « François Hollande doit transformer l’Union en puissance démocratique continentale »

    Vous devriez indiquer que M. Klossa a été conseiller du gouvernement Sarkozy. Je sais qu’aujourd’hui c’est peu flatteur, mais ça permet de comprendre de quel bois est fait votre interviewé.

  • Le 7 mai 2012 à 18:50, par Fabien Cazenave En réponse à : « François Hollande doit transformer l’Union en puissance démocratique continentale »

    Oui, il l’a été à l’époque de Jean-Pierre Jouyet et de la présidence française du Conseil de l’Union européenne. Un « sarkoziste » (mais je n’en suis pas aussi sûr que vous) qui parle de fédéralisme, cela prouve bien que le changement, c’est maintenant, non ? :-)

  • Le 9 mai 2012 à 23:25, par Xavier En réponse à : « François Hollande doit transformer l’Union en puissance démocratique continentale »

    « La faiblesse des perspectives de croissance européenne à moyen / long terme de l’Union européenne, largement inférieures à 2% pour la période 2011-2020 - alors qu’elles sont proches de 5% pour les grands pays émergents - contribue à une aggravation de la crise. »

    Euh... c’est une blague ?

    Il faudrait expliquer à M. Klossa que, précisément, les grands pays émergents émergent ! Leur économie est encore loin de la nôtre en terme de développement et de richesse, il n’est donc en rien perturbant que nous ayons un taux de croissance plus faible que le leur.

    Si j’ai 10€ et que vous en avez 100, vous êtes plus riche que moi. Si l’an prochain on constate que j’ai augmenté ma richesse de 10% et vous seulement de 1,1%... qui s’est le plus enrichi ? Par pitié avant de dire que je me suis considérablement plus enrichi que vous, prenez une calculatrice.

    Nous aussi on s’est équipé en frigo, voitures, TV. Maintenant on est stade du perpétuel renouvellement.

    À partir du moment où on tombe sur ce genre de propos et que ça se veut une analyse économique, on peut largement douter des solutions qui sont proposées.

    En l’occurrence : 1) « une politique d’investissement sur des projets industriels d’intérêt européen commun » Deux possibilités :
    - > on prend aux uns (contribuables) pour donner aux autres (entreprises jugées intéressantes...), car n’oublions que tout ce que l’État donne, c’est qu’il l’a pris ailleurs.
    - > on emprunte... donc on prend un risque pour que d’autre en fasse un profit... à peu près du même genre que "nationalisons les dettes, privatisons les profits".

    2) « la création de bons du trésor européens » En substance : soignons la dette par la dette. Brillant.

    Rien d’étonnant à ce que la proposition d’Attali fut co-signée.

    Le reste est plus intéressant.

  • Le 10 mai 2012 à 16:22, par ? En réponse à : « François Hollande doit transformer l’Union en puissance démocratique continentale »

    Il suffit de lire ce qu’il publie pour voir qu’il est manifestement plus à gauche qu’à droite

  • Le 10 mai 2012 à 22:31, par eva b En réponse à : « François Hollande doit transformer l’Union en puissance démocratique continentale »

    Intressant de voir que des gens ont de la suite dans les idées, si je comprends bien c"est ce jeune homme qui a eu la bonne idée de créer les états généraux de l’Europe et l’énergie de les faire vivre depuis six ans, chapeau, c’est vraiment le seul événement qui rassemble la famille européenne dans ce pays !

  • Le 13 mai 2012 à 13:38, par JeanSeb En réponse à : « François Hollande doit transformer l’Union en puissance démocratique continentale »

    Interview de très bonne qualité et interviewé très intéressant. Merci le taurillon !

  • Le 31 mai 2012 à 15:10, par peter En réponse à : « François Hollande doit transformer l’Union en puissance démocratique continentale »

    La Présidence française de l’Union européennea été un grand moment pour la construction européenne. Le sauvetage du traité constitutionnel par le Traité simplifié, une action hautement salvatrice pour l’Europe . M. Klossa a participé activement à cette double démarche et nous devons l’en remercier. Par contre les fédéralistes n’ont pas le monopole de l’Europe, mais celui du sectarisme et de l’idéologie partisanne et souvent arrogante, qui n’a rien a voir avec l’idéal qui nous rassemble.

  • Le 1er juin 2012 à 09:32, par peter En réponse à : « François Hollande doit transformer l’Union en puissance démocratique continentale »

    Guillaume Klossa a pris largement sa part dans le quinquenat précédent et il peut en être fier : Traité simplifié, présidence française de l’Union européenne, mise en place du MES, du volet solidarité vis à vis de la grèce, et gouvernance économique : Trois périodes périeuses pour l’avenir de l’Europe qui ont sauvé l’essentiel. Il a aussi contribué à faire comprendre que, loin du sectarisme et du dogmatisme, lidée européenne appartient à tous !

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom