Accueil > Actualité > La Roumanie ou les enjeux de la nouvelle frontière (orientale) (...)

Elargissement

La Roumanie ou les enjeux de la nouvelle frontière (orientale) européenne

, par Traduit par Emmanuel Vallens, Doru Frantescu

Toutes les versions de cet article : [English] [français] [italiano]

Le rapport publié par la Commission européenne le 26 septembre n’indique pas seulement que la famille européenne s’est renforcée au début 2007 avec l’arrivée de deux nouveaux Etats, la Roumanie et la Bulgarie, mais il fixe également une nouvelle frontière orientale pour l’UE. Conformément à la Convention de Dublin, les demandeurs d’asile déposant leur demande dans un Etat de l’UE relèveront de la responsabilité du pays dont ils ont franchi la frontière en premier.

Auteurs

Depuis 2007, son statut d’Etat-frontière placera la Roumanie en position d’accueillir un nombre important d’immigrants venu de plus à l’Est encore. Au vu des capacités roumaines et bulgares encore faibles en termes sociaux et économiques, un tel afflux pose un sérieux problème aux nouveaux membres.

De ce point de vue, il est peut-être temps que les Etats membres de l’UE commencent à faire preuve de solidarité sur la question de la gestion des flux migratoires, en répartissant le fardeau entre eux.

Jusqu’à présent, les anciens Etats communistes étaient perçus par les Etats de l’Ouest comme une source d’immigration. Mais avec les élargissements, la situation change quelque peu. L’adhésion à l’UE est associée à la prospérité économique, surtout pour les pays d’Europe orientale.

On attend que l’intégration dans l’économie européenne réduise les déséquilibres régionaux entre les nouveaux et les anciens Etats membres. Mais parallèlement, elle agrandira le fossé entre les nouveaux adhérents et leurs voisins non membres. Résultat, les citoyens de ces derniers auront un intérêt à traverser la frontière pour chercher un emploi mieux payé.

La spécificité roumaine

Pour ce qui la concerne, la Roumanie partage ses frontières avec deux pays tiers, l’Ukraine et la Moldavie, ainsi qu’avec la Mer Noire. La Roumanie est un cas particulier à plusieurs égards. Tout d’abord, sa relations spéciale avec la Moldavie : celle-ci, en plus d’être le pays le plus pauvre d’Europe, est également le « petit frère » de la Roumanie, car la majorité de la population y est de langue maternelle roumaine, en raison d’un passé commun.

La langue est également la raison qui pousse les Moldaves à choisir d’émigrer vers la Roumanie. Ils le font depuis quinze ans à tel point qu’ils représentent depuis 1997 75% des immigrants en Roumanie, et il est peu probable que la fermeture de la frontière en 2007 réduise significativement le niveau de l’immigration. Elle ne fera que la rendre illégale.

Une deuxième particularité est que comparé à d’autres frontières orientales de l’UE, comme les Etats baltes, la Roumanie est géographiquement proche du cœur des Etats membres les plus riches. Comme plusieurs études ont montré qu’au 21ème siècle la principale source mondiale d’immigration sera l’Asie, d’autres, plus détaillées, prévoient que la route préférée vers l’UE passera par l’Asie centrale, le Caucase du Sud, la Mer Noire et la Roumanie.

Mesures législatives et capacité d’absorbtion

Alors que la composante légale de l’immigration ira en priorité vers les Etats membres les plus développés de l’UE, la Convention de Dublin de 1990 et la Décision 343/2003 du Conseil prévoient que le cas des immigrants qui franchissent illégalement les frontières sera traité par les autorités du pays dont ils ont franchi la frontière en premier. L’objectif de ces dispositions est d’inciter les Etats frontaliers à faire preuve d’esprit de responsabilité et à mettre en œuvre les contrôles frontaliers.

Pour ce qui la concerne, la Roumanie a pris les mesures nécessaires afin de sécuriser sa frontière orientale. Elle a également reçu un appui significatif de l’UE sous forme d’aide financière et de soutien logistique. Toutefois, comme l’expérience des anciens Etats membres l’a montré, le renforcement des contrôles frontaliers ne suffit pas à empêcher l’immigration irrégulière. Les Européens connaissent bien les difficultés rencontrées par l’Espagne et le nombre croissant d’immigrants venus d’Afrique.

Mais surtout, contrairement aux anciens Etats membres, les nouveaux sont loin d’avoir les moyens de gérer l’immigration irrégulière. Des études ont ainsi montré qu’en Grèce, le coût de l’aide sociale apportée aux demandeurs d’asile atteint neuf euros par jour et par personne. Si l’on considère que c’est à peu près là le revenu moyen d’un Roumain, il semble évident que la Roumanie ne sera pas capable de financer les mesures. La situation est globalement équivalente en Bulgarie et dans d’autres pays de l’Est.

Conclusion

A long terme, un objectif important du développement de l’UE est la réduction des déséquilibres entre ses membres.

Dans cette perspective, il est vital de garder à l’esprit les défis auxquels les nouveaux Etats membres vont devoir faire face. L’immigration devient un enjeu important pour eux, car elle peut limiter leur développement économique en mobilisant d’importantes ressources financières.

Pour éviter cela, il faut que l’UE trouve une nouvelle approche des règles de responsabilité pour le traitement de l’immigration, en abandonnant le concept de responsabilité d’un Etat membre particulier, surtout quand son économie est encore vulnérable.

Le principe de solidarité exige que les Etats membres adoptent une approche de partage du fardeau et que les institutions européennes aient le pouvoir de la mettre en œuvre.

Cet article a été traduit de l’anglais par Emmanuel Vallens, membre du Bureau national des « Jeunes Européens France ».

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :

P.-S.

- Illustration :

Le visuel d’ouverture de cet article est une carte de la Roumanie : document tiré de l’Encyclopédie en ligne Wikimedia.

- Pour plus d’informations :

http://www.iom.int/jahia/page819.html

http://www.ier.ro/EN/index_en.html

http://www.europaworld.org/DEVPOLAW...

http://www.eurasylum.org/Portal/Des...

Cet article a déjà été publié dans le Taurillon le 6 octobre 2006

Vos commentaires

  • Le 6 octobre 2006 à 08:17, par Fabien En réponse à : La Roumanie ou les enjeux de la nouvelle frontière (orientale) européenne

    Merci pour cet article qui nous rappele aussi les enjeux géo-politiques de l’entrée de la Roumanie.

    Qu’en est-il des tensions en Transnistrie, région russophone de la Moldavie ?

  • Le 6 octobre 2006 à 09:15, par Ronan Blaise En réponse à : La Roumanie ou les enjeux de la nouvelle frontière (orientale) européenne

    Pour ce qui est de la situation en Moldavie et en Transnistrie (i. e : République auto-proclamée d’environ 550 000 habitants et 4000 km² qui a fait sécession de la république de Moldavie, à la suite de l’effondrement de l’Union soviétique : en août 1991) cela devrait faire l’objet - le mois prochain - d’un dossier spécial sur les frontières de l’Europe.

    Dans l’immédiat juste signaler qu’à l’automne 1992, la guerre (de mars-juillet 1992 : 500 morts, 2000 blessés) ayant opposé les Autorités de la république de Moldavie aux séparatistes russophones de Transnistrie a finalement aboutit à un accord entre la Moldavie (président Mircea Snegur) et la Russie (président Boris Eltsine) :

    Accord comme quoi a Russie cesserait désormais d’appuyer les séparatistes russophones de Transnistrie et comme quoi la Transnistrie bénéficierait à l’avenir d’un statut politique particulier (i. e : de région autonome) dans le cadre de la république de Moldavie.

    En échange, la république de Moldavie s’engageait à ne pas demander son rattachement à la Roumanie ou, dans ce cas, à accorder le droit à l’autodétermination à la Transnistrie.

    En tout cas, les efforts actuels de nombreux acteurs de la communauté internationale (Russie, Ukraine, USA & UE) vont effectivement dans le sens de la création d’une région autonome de Transnistrie intégrée à la république de Moldavie ’’fédéralisée’’.

    Néanmoins un référendum d’auto-détermination (soutenu par la Russie et accepté par les différentes forces en présence) a récemment été organisé - le 17 septembre dernier - en Transnistrie. D’après les résultats officiels communiqés, ce référendum aurait mobilisé 78,6 % des électeurs, lesquels ont approuvé à 97,1 % le rattachement à la Russie et à la CÉI.

    Selon les observateurs internationaux venus assister au déroulement du réferendum, celui-ci se serait déroulé de manière libre et démocratique. Néanmoins, l’Union européenne et l’OSCE ont d’ores et déjà annoncé, prioritairement soucieux de la stabilité de la Moldavie, qu’ils n’en reconnaîtraient pas les résultats...

  • Le 8 octobre 2006 à 02:53, par ? En réponse à : La Roumanie ou les enjeux de la nouvelle frontière (orientale) européenne

    L’immigration de moldavie va continuer, et ne sera meme pas ilegale comme le dit l’article.

    En effet la Roumanie a promis de delivrer des visas gratuites aux moldaves apres l’adesion.

    De meme, la nationalite roumaine est delivre par office et sans condition a tout citoyen mldave qu peut prouver qu’il avait des parents ou grand parents roumains a l’epoque ou la partie est de la Moldavie (c’est a dire la Republique de Moldavie de nos jours) fesait partie de la Roumanie Grande entre les deux guerres mondiales.

    Ce qui fait plus de 75% de la populaton de la republique de Moldavie.

    Je ne pesnse pas que les modaves devront utiliser l’ilegalite dans ces conditions.

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom