1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Sur le Web

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Derniers commentaires

  • L’Union européenne en quête d’un patriotisme

    Hier 22:38, par Rémi Lauwerier

    Bonjour,

    Merci pour votre intérêt pour cet article. Nous contactons son auteur pour obtenir son accord et nous vous recontacterons très rapidement.

  • L’Union européenne en quête d’un patriotisme

    Hier  21:10, par Antonio Longo

    Je trouve cet article très bon et je serait heureux de le publier, dans la traduction italienne, sur L’UNITA’ EUROPEA, mensuel du Movimento Federalista Europeo, fondé par Altiero Spinelli dans le 1943. J’invite M. Michael Yan à me contacter, merci. Antonio Longo - Directeur de L’UNITà EUROPEA - eurolongo@alice.it

  • L’Europe des peuples « L’union fait la force ; à nous de faire l’union ! »

    Hier  11:54, par Jean-Luc Lefèvre

    Excellente analyse, excellente conclusion aussi : l’Europe sera fédérale ou ne sera pas. Mais l’analyse d’un homme, jeune encore, qui sait ses racines, qui sait aussi le poids d’un état destructeur de l’âme d’un peuple.Cet état est sans doute le seul en Europe qui refuse encore de prendre en compte le fait régional : c’est l’état français qui s’est construit sur les cendres de ses provinces historiques, au point d’en gommer le nom dans le cadre de sa dernière réforme institutionnelle. Ceux qui refusent aujourd’hui à l’Europe de se construire à partir de ses territoires historiques sont au pouvoir à Paris et à Paris seulement. Ils n’ont pas encore compris, malgré les secousses en Belgique, en Italie, en Espagne, en Grande-Bretagne même, que le temps travaillait contre eux. Comme ailleurs, c’est de l’intérieur, par la volonté des peuples, que cette véritable Union européenne surgira. Quand, de la Corse au Pays basque des deux côtés des Pyrénées, l’Europe s’éveillera, Paris sera groggy !

  • L’armée européenne sera surtout française

    Hier  07:33, par Olivier

    qu’elle augmente son budget militaire ??!! il y a des SDF qui meurent dans les rues en france à gogo en hivers, pour eux ont dépense le minimum mais par contre pour aller faire la guerre elle devrait augmenter son budget ?! Je vous soutiens Seraphin, les soldats sont des fils, des maris et des pères et nous sommes tous asservis à ce système ! on est comme sur un plateau de micro-onde, on se laisse cuire le cerveau par leur fantasme démesuré de guerre de pouvoir

  • Qu’est-ce que le fédéralisme européen ?

    Mardi dernier  12:26, par Louise

    la société c’est comme une entreprise, si on la gère mal, qu’on néglige certains des salariés on va droit dans le mur, si en revanche on est un patron soucieux du bien être du collectif, qu’il prend soin d’appliquer la pnl dans son entreprise pour mieux comprendre ce qui s’y joue au plus bas comme au plus haut dans la hiérarchie alors sa société s’épanouira

  • « Non » en Grèce : changeons de méthode pour décider en Europe !

    Lundi dernier  13:34, par Claire

    vous dites que la domination de l’Amérique sur l’Europe est un fantasme pourtant moi j’ai l’impression qu’elle est réelle, certains pays européens sont soumis au bon vouloir de l’Amérique : si elle veut s’offrir une baignoire 160x81 alors on fait de même ! c’est un peu cette imitation qui me fait penser à la présence d’une domination

  • « Le dumping social est en train de faire exploser l’Europe »

    Vendredi dernier  18:26, par Marco Servidio

    suite

    Pour enfin en revenir sur la Suisse, sachez cher monsieur que la Suisse n’est pas un pays européen et que tout travailleur, de nationalité quelconque travaillant sur le sol suisse est payé comme un suisse, soumis aux lois suisses et à la protection sociale suisse ! Votre argument ne tient donc pas la route. Sachez cher monsieur, que ce qui est encore plus grave, c’est que nos propres sociétés se retrouve alors contraintes de se séparer de leur personnel afin de faire appel à des intérims basées dans des états membres de l’U.E beaucoup moins développés que les nôtres, afin d’avoir une main-d’œuvre assez bon marcher que pour survivre. La société survivra peut-être mais quand est-il de nos pays ? Si nous continuons comme cela, toutes les sociétés de construction feront appel à des ouvriers étrangers et ce seront alors nos ouvriers qui se retrouveront sans travail, et ce seront alors nos familles qui se retrouverons dans d’immenses difficultés et ce seront alors nos pays qui risqueront d’entrer dans une crise sans précédent. Nous parlons bel et bien ici de la disparition d’un secteur entier... Je suis pour aider les sociétés étrangères, je suis pour qu’elles puissent venir travailler sur nos territoires mais je suis contre le fait qu’elles détruisent de ce fait nos pays. Elles se doivent de concurrencer nos sociétés de par leur qualité et non pour que les riches s’enrichissent et que les pauvres s’appauvrissent.

    Bien à vous,

    Marco SERVIDIO Etudiant en ingénieurie civile

  • « Le dumping social est en train de faire exploser l’Europe »

    Vendredi dernier  18:26, par Marco Servidio

    En réponse à Monsieur Azihari.

    Cher monsieur,

    Je ne suis absolument pas d’accord avec vos arguments pour la simple et bonne raison qu’ils ne concernent pas le dumping social. Ce dont vous parlez cher monsieur est l’immigration. En parlant de dumping social nous ne parlons absolument pas de la race du travailleur mais des charges patronales auxquelles il est soumis. Les travailleurs intégrés dont vous parlez sont des travailleurs qui travaillent à temps plein dans leur pays d’accueil, que ce soit en France ou en Belgique. Ces mêmes travailleurs, qu’ils soient roumains, polonais, ou français coutent la même chose à un patron. La seule chose pouvant engendrer une concurrence entre ceux-ci et d’autres travailleurs est la qualité de leur travail. Hélas, la question n’est pas là. Je suis un fervent défenseur de l’immigration, car je suis moi-même immigré.

    Le problème dont nous parlons dans cet article, est un problème relatif à une concurrence déloyale que permet l’Europe. Quoi que vous en disiez cher monsieur, le nombre de faillite a doublé et plus de 20 000 emplois dans la construction ont été perdus parce que l’Europe permet a des sociétés payant leurs lois sociales en Pologne de venir travailler en Belgique ou en France. Les société françaises ou belges sont strictement incapables de rivaliser avec ces entrepreneurs étrangers pour la simple et bonne raison que nous nous devons, dans nos pays, d’assurer une sécurités sociale décente à nos ouvriers, et quoi que vous en disiez monsieur, nous ne pourrons pas aller contre cela.

    Nous ne sommes en rien protectionnistes en demandant une concurrence loyale. Si ces mêmes sociétés veulent venir en Belgique ou en France travailler, elles en ont tout à fait le droit ! Le racisme n’a plus sa place dans notre monde, mais elles devront alors payer les charges patronales du pays d’accueil et répondre à ses lois. Si les entreprises polonaises étaient plus compétentes que les nôtres, il paraitrait alors normal qu’elles aient du travail dans nos pays, mais la raison n’est pas là. Elles sont simplement moins chères en raison d’une sécurité sociale quasi inexistante dans leur pays et nos sociétés ne peuvent rien faire face à cela.

  • Le scandale européen sur l’assurance de prêt

    Vendredi dernier  07:34, par Arnaud

    nous aussi on a fait un prêt immo dans le cadre de la loi pinel outre mer en 2014 et notre l’assurance de notre banque refuse de nous assurer, est-ce que la banque est dans son droit ?

  • Fillon vainqueur de la primaire de droite : coup dur pour l’Europe ?

    28 novembre 2016  23:10, par loic maing

    Je crois qu’on pourrait laisser de gaulle en dehors de ça, ce programme n’est certainement pas gaulliste...

  • François Fillon, ce qu’il pense de l’Europe

    27 novembre 2016  05:25, par Erwann

    Fillon a des points communs avec Marine Le Pen sur certaines de ses idées mais le fait qu’il ne préconise pas de sortir de l’Union Européenne montre qu’il se plait aux bénéfices du système fédéral et que c’est plus un leurre pour empêcher toute avance du Front National qu’un véritable souverainiste.

  • Et si on parlait autant des élections européennes que de Trump, Hillary ou Bernie Sanders ?

    26 novembre 2016  22:48, par Fiona Dubernet

    Une remarque sur le titre de l’article : quand arrêtera-t-on de nommer les femmes politiques uniquement par leur prénom ?

  • Premier tour des primaires de la droite et du centre : deux mauvais candidats pour l’Europe ?

    25 novembre 2016  13:58, par Bernard Giroud

    Il faut bien reconnaitre qu’il n’existe pas une différence significative entre les deux candidats ; Ils ne parlent que très peu d’Europe : Un sujet mineur à leurs yeux ; ". Si l’on dit que gouverner c’est prévoir, ignorer que l’union a toujours fait la force c’est nous exposer à devenir des "marchepieds de l’histoire. Il faut bien reconnaitre qu’il y a un manque quelque part. Tous deux semblent bien petits.

    De la place pour le FN ?

    Son embrouillamini intellectuel sur le sujet économique ne peut satisfaire que les ignares, les orgueilleux, les paresseux ou des alouettes écervelées, toujours attirées par des miroirs du même nom. En effet comment imaginer que les moyens radicaux, les fanfaronnades verbeuses de leurs cerveaux à courte vue ne trouvent pas, en face d’eux, d’aussi faciles et simplistes illusionnistes du même niveau ? Un système (de la jalousie) à tourner en rond, à se taper sur la g…, laissant quelle place à l’inventivité ?

    Le bon sens, le courage, l’inventivité, gardent donc toute leur place. C’est ici que les gens communs de qualité, de tous les jours et d’espérance interviennent : Ils sont partout au milieu de la masse et plus nombreux qu’on ne le pense.

    Notre génération, un peu plus âgée, ne s’est pas assez préoccupée des fondamentaux du vivre ensemble, de règles assez simples et claires, souvent d’une juste logique plus ferme.

    EX. On ne peut pas distribuer longtemps le produit que l’on a pas (ou l’emprunt que l’on contracte momentanément) ; De la même manière il est inadmissible que dans une distribution de moyens limités, une trop grande partie s’en aillent à la rente du capital ;Trop profiter ainsi du travail de l’autre, génère ainsi un moule du même acabit que celui qui ne veut pas « mouiller sa chemise » quand c’est le moment : la paresse !

    Autre exemple : Qui garde sa porte ouverte à tous les vents ? Le fait-on pour son propre appartement, ou sa propre maison ? La vérité, c’est qu’il faut que chacun apprenne à maitriser son devenir ; Il n’est pas faux de dire "Aides-toi et le ciel t’aideras" ! C’est vrai aussi que la famille humaine est grande ; Le choix positif c’est donc de chercher à se comprendre.

    Il n’y a donc pas de fatalité, ni de condamnation définitive pour personne, mais seulement un peu de bon sens et de calme à retrouver, pour redonner confiance aux talents de nombre d’entre nous et surtout à ceux de nos jeunes, qui ne demandent qu’à participer.

  • Juncker, sa vision de l’Europe et ses citoyens oubliés

    22 novembre 2016  14:34, par Bernard Giroud

    Monsieur Junker est à la dimension de ce qu’est la vision minimale actuelle de l’ensemble européen : Tirer parti, de la ressource au maximum pour soi, pour son groupe particulier, sans beaucoup de volonté, donc d’imagination, pour le nouvel avenir commun.

    S’il nous ressemble, c’est que nous ne voyons pas que cette multiplicité de similitudes, de divergences, dans cette Europe, ne serait-ce que dans les coutumes journalières et les langages différents, sans compter les philosophies élaborées, tout cela est un inestimable potentiel, une sorte de rupture sociétale millénaire qui tombe à point.

    En effet nous ne savons plus trop quoi faire de notre lancée technologique sinon vivre comme de calmes veaux à l’engrais avant de disparaitre à jamais. Bien piètre et triste perspective pour le dernier arrivé au sommet de la pyramide du vivant, n’est-ce pas ?

    Tout le monde, évidemment ne se rend pas compte que c’est là que doivent intervenir, au plus juste de leurs potentiels personnels différents, les plus grands et les plus modestes d’entre nous. Chacun a une place, pour donner de soi sans trop compter ;

    Nous devons recréer la confiance qui permet à chacun de trouver sa place. Il faut nous en convaincre, surtout ceux qui sont à l’avant, à l’aventure, à la recherche de l’architecture d’un devenir.

    Ces bâtisseurs du seul avenir possible, ont toujours présent à l’esprit, (puisqu’ils en ont un), que la masse des acteurs cumulés, des plus petits jusqu’aux plus grands, est la seule force qui peut espérer tendre à découvrir la dimension de notre ensemble, à découvrir notre vraie dimension personnelle et commune.

    Il semble bien que nous n’ayons pas en Monsieur Junker un personnage à la hauteur de ce monde du troisième millénaire, à peine un comptable pointilleux sorti des paniers de ces « grandes écoles » à former des cadres vite déformés du CAC40 ou de Wall Street.

  • L’Union européenne en quête d’un patriotisme

    21 novembre 2016  14:39, par Eugène

    Identité européenne, patriotisme européen... Je ne comprends pas. Je ne suis pas fondamentalement opposé à une Europe économique, et je suis plutôt favorable au rapprochement entre les états européens... Mais pourquoi cela doit-il obligatoirement passer par la création d’une identité ou d’un patriotisme ? Pour qu’il y ait patriotisme, il faut qu’il y ait patrie. Historiquement, la patrie est lié à l’héritage (étymologie : « pater », soit le père). De quel héritage parlons-nous, dans le cas de l’Europe ? Vous évoquez les nationalismes comme des constructions ayant nié les diversités régionales ; à votre tour, vous invitez à réinventer l’histoire pour faire comme si elle n’avait qu’un seul but : l’union de l’Europe, projet qui en réalité est très récent (et ne venez pas me citer Charlemagne, les empereurs du Saint-Empire ou les humanistes du XVIe siècle comme précurseurs de l’Europe : le monde unifié qu’il rêvaient n’avait rien à voir avec l’unité européenne). Quant à votre patriotisme institutionnel, fondé sur de grandes valeurs, pourquoi devrait-il être lié à l’Europe ? Est-ce que nos valeurs, à portée universelle, ne sont pas partagées par tous les pays occidentaux ? Nous avons déjà une patrie, la France : cela ne signifie pas que l’on méprise les autres, mais je ne comprends pas la nécessité d’en créer une deuxième au dessus de la première. Non je ne comprends décidément pas cette obsession européenne.

  • L’Union européenne en quête d’un patriotisme

    20 novembre 2016  15:51, par Jean-Luc Lefèvre

    Quand on parle d’ « identité européenne », certains se bouchent le nez et les oreilles, d’autres crient à l’escroquerie ( un nationalisme chasse l’autre)...Et si, tout simplement, on admettait que l’identité ne se construit pas seulement, comme nos manuels d’histoire l’ont toujours fait, à la solde d’historiens nationalistes, à partir de nos différences, bien réelles, bien ancrées dans l’espace et le temps, mais aussi à partir de nos ressemblances acquises au fil du temps par nos échanges sanguins, les conquêtes militaires, les apports alimentaires, linguistiques...? Si, demain, dans nos écoles, toutes inscrites dans un périmètre national, on enseignait aussi ce que la Grande-Bretagne doit à la France, la Suède doit à la Wallonie sidérurgique elle-même fécondée par le Lancashire de COCKERILL, la France à la tapisserie flamande, l’architecture balte et polonaise aux Italiens, la sécurité sociale de notre vieille Europe à Bismarck, le cognac et l’armagnac aux Irlandais...?

  • Moyen-Orient : La diplomatie peut vaincre le terrorisme

    17 novembre 2016  16:57, par Jacouille

    Très bonne article, j’adore la conjoncture de l’idée. La Syrie a besoin de soutient, c’est un très beau pays où j’aimerais bien passer mes vacances. Viva Moroco !!! lol

  • Donald J. Trump : un président, deux Amériques

    16 novembre 2016  07:56, par Philippe Pollicand

    Brexting anglais + élection de Trump = fin de la partie européenne de l’Otan + création d’une armée européenne. Philippe Pollicand.

  • Donald J. Trump : un président, deux Amériques

    15 novembre 2016  08:55, par Philippe Pollicand

    Brexit anglais + élection de Donald Trump = fin de l’Otan pour sa partie européenne + création d’une armée fédérale moderne et européenne. Fier d’être fédéraliste. Philippe Pollicand.

  • Vers une Gouvernance économique de l’Europe ?

    15 novembre 2016  07:20, par Ivan

    Dis comme ça, ce rapport a l’air super. Mais j’imagine qu’il y a des points négatifs aussi, non ?

1 2 3 4 5 6 7 8 >

Nos vidéos